Le webzine de l'UlmSite Responsive Design 10 ans déjà

ULM Actualité

Le webzine de l' ULtraléger Motorisé

2017 , l’avenir est entre nos mains !

Par • 24 déc, 2016 • Catégorie: Edito • Commentaires: 5 commentaires»

Alain paramoteurAu crépuscule de l’année 2016 qui vient de s’écouler à un rythme soutenu, je reviendrais seulement sur certains points importants pour notre activité.

En effet, ce cru 2016 a traversé quelques turbulences entre la réforme des Instructeurs qui est repoussée de quelques mois sur l’année 2017 ou encore le fameux dilemme des 600 kg pour nos ULMs. Si les réseaux sociaux ont battu la campagne pour ou contre les 600kg, l’Europe a tranché du moins provisoirement…on reste à 450 kg. Une petite modification devrait intervenir pour les ULMs équipés de parachute avec un poids arrondi à 475 kg au lieu de 472,5 kg, ce qui est judicieux.

Comme le découpage des régions a été modifié par le gouvernement, les comités régionaux ULM ont tenu leurs assemblées générales constitutives pour être en conformité avec les régions et être prêts pour travailler efficacement en 2017.

Oh bien sûr, il convient de signaler moins d’accidents au cours de cette année 2016 et un beau reportage sur le Tour ULM réalisé par Eve Cetera et Bernard Chabbert pour Aérostar TV.

Quid de la FFPLUM ? La fédération a passé une année de transition en attendant les nouvelles élections en 2017. Beaucoup deAG FFPLUM dossiers importants «mijotent sur le feu». L’assemblée générale élective doit avoir lieu le 25 mars 2017 dans les locaux de la DGAC à Paris. Aussi j’invite toutes et tous qui se sentent impliqués par l’avenir de l’ULM à venir participer à cette assemblée générale, à venir exprimer leurs doutes, leurs souhaits ou leurs suggestions et pourquoi pas à se présenter pour un poste au sein du comité de direction ! Le 25 mars prochain, l’avenir de l’ULM va se jouer et chacun se doit de participer pour que la FFPLUM retrouve son panache acquis sous la présidence de Dominique Méreuze.

Quelques autres évènements retiendront notre attention pour 2017 : le Mondial Paramoteur à Blois du 21 au 25 juin, le 37ème salon de Blois les 2 & 3 septembre et enfin l’incontournable Coupe Icare du 21 au 24 septembre ! Que ce beaux rendez-vous pour tous avoir le plaisir de se retrouver.

Alors en attendant d’écrire tous ensemble ces nouvelles pages du grand livre de l’ULM, Amis Paramotoristes, Amis Pilotes de Pendulaires, Amis pilotes de 3 axes ou d’Autogires, Amis pilotes d’hélicos ultra-légers ou de Ballons Dirigeables ULM, toute la rédaction se joint à moi pour vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année et vive l’ULM en 2017 !

 

A.Bliez

Share
Marqué comme: , , ,

est Rédacteur en chef du site ULM Actualité
Email à cet auteur | Tous les Articles par

5 commentaires »

  1. L’ancienne masse à vide avec parachute en bi-place était à 472,5 kg et non 475. Ce résultat e tait obtenu par l’adjonction de 5% à la masse à vide de 450 kg . Je ne suis pas contre le passage à 480 mais pour quelle raison ? Tout ça est bien flou… J’aimais bien le principe d’un % sur la masse max standard … Maintenant il faudra retenir un nombre sans savoir où et comment il a été obtenu …
    Avez vous le texte officiel qui confirmerait cette modification ?
    Merci,
    Francois

  2. Salut Alain, Je lis toujours avec grand intérêt les infos d’ULM Actualité et je constate que tu conserves la “pêche” que tu avais lorsque nous “sévissions” à l’ARAPLUM, à Bron…Bravo !! Tous mes voeux, en souhaitant aussi que ce mouvement ULM ne soit pas “massacré” par des hurluberlus qui, frustrés par les contraintes de l’aviation classique, sembleraient vouloir se défouler en ULM, au risque de tout détruire… Tchao ! Marius.

  3. Bonjour François ,
    errare humanum est !
    Vous avez raison , la masse à vide autorisée ULM Biplace avec parachute est bien de 472,5 kg mais pour des raisons toutes simples de vouloir faire simple l’Administration devrait arrondir prochainement à 475 kg et pas d’inquiétude, lors de ce changement mineur, le texte officiel paraîtra !
    En attendant , je vous souhaite de bons vols pour la nouvelle année 2017 et merci de suivre ULM Actu !

  4. (par les contraintes de l’aviation classique, sembleraient vouloir se défouler en ULM, au risque de tout détruire)

    On se demande comment il a été possible que les pilotes privés est du à une certaine époque passer quelques heures sur ulm pour valider cette licence !! Et maintenant d’après la phrase du dessus, les arrivants avec licences de pilotes privés feraient le forcing pour faire alourdir les ULM, c’est du grand n’importe quoi comme toujours en ULM.

  5. Bonjour hulm,

    On ne sait pas trop où tu veux en venir avec ton analyse ?! Tu “fustige” la philosophie Ulm ? Ou celle de l’avion ? Et surtout pourquoi ?
    Je ne comprends pas la comparaison entre la conversion de licence et la volonté d’alourdir les machines (…) !

    Ce qu’a voulu dire notre ami au dessus dans son commentaire et il ne faut absolument pas se sentir visés, c’est cette tendance à demander toujours plus, qui la plupart du temps émane de Pilotes Privés (avion), ce n’est pas une règle absolue lisez-moi entre les lignes, qui pour des raisons soit de coût, soit médicales trouvent en l’Ulm une alternative très intéressante que lorsqu’il s’agit de machines “lourdes” et performantes.
    Ce n’est pas une accusation, mais un constat… Il suffit de fréquenter les multiples terrains et le milieu (salons) pour s’en rendre compte !

    Une fois après avoir mis “le paquet” (Glass cockpit, pilote auto, pas variable et j’en passe) dans une machine super performante, on se rend compte qu’il est difficile de “voyager” sans exploser la masse maxi au décollage ! Ce ne sont surement pas les pilotes de trapanelles qui sont demandeurs d’une MTOW plus élevée ! Non ?

    Pour la validation de Licence, à une époque comme tu dis, il n’y avait absolument pas de “vol de contrôle”, puisque celle-ci était obtenue par équivalence. Il suffisait au détenteur du PPL d’aller auprès de sa DAC pour obtenir le 3 volets vert par équivalence (comme le permis B et la 125 cm3 pour l’automobile). Le législateur estimait à l’époque par le “Qui peut le plus, peut le moins”, qu’un pilote PPL était largement capable de piloter un Ulm.
    “L’erreur” a été rectifiée plus tard, car l’Ulm possède ses complexités et particularités qu’il fallait absolument acquérir avec quelques heures de pratique. La sagesse et l’accidentologie en avait déduit cela.
    Par contre, moultes Pilotes PPL possèdent le sésame 3 volets vert sans avoir jamais posé leur postérieur dedans… Je n’ai absolument aucune animosité contre eux, c’était la règle et je sais qu’ils ne “s’aventureraient” pas dans cette expérience sans un Instructeur où un pilote confirmé à leur côté… Tout du moins je l’espère !

    Si tu connais parfaitement notre philosophie, je n’ai pas compris la fin de ton commentaire: “…c’est du grand n’importe quoi comme toujours en Ulm…” !
    Si tu es pilote avion et tu t’es senti “accusé”, je peux le comprendre, mais tu ne dois pas te sentir visé, il s’agit d’un constat réel d’une tendance actuelle. J’ai pour ma part, pas mal d’amis Pilotes PPL “actifs” et Pilotes Ulm tubes et toiles à la fois. Très respectueux de la philosophie Ulm… Le rédacteur de l’article ci-dessus en est un !

    Bons vols en avion ou Ulm, ce qui compte est de voler !

    Daniel

Laisser un Commentaire

Image CAPTCHA Ecouter le code ci-contre
Choisir une autre image CAPTCHA