Le webzine de l'UlmSite Responsive Design 10 ans déjà

ULM Actualité

Le webzine de l' ULtraléger Motorisé

Bonjour à tous !

Par • 13 août, 2010 • Catégorie: Edito • Commentaires: Aucun commentaire»

Ils sont devenus fous !!!

Je rentre juste de voyage d’ Italie et comme par habitude, je “traine” toujours sur les terrains Ulm afin de me faire une idée du mouvement ultraléger de l’autre côté de nos “frontières”.  Je l’ai mis entre guillemets, parce que celles-ci n’existent plus que sur des cartes et que la seule barrière est le changement de langue… Europe oblige !

Sans vouloir faire du “droit comparatif”, il est bon de regarder la mutation des règles de notre sport ou loisir, du côté de nos voisins.  Avec la montée de l’ Europe, il y a fort à parier que celles-ci ne s’ harmonisent petit à petit pour tendre vers une règle unique… Non ?

Et bien là bas, en ce moment, car il n’en a pas toujours été ainsi, le maître mot est SECURITE !  Effet de mode ?! Vous serez surpris de ce que vous allez lire, mais ne riez pas, cela pourrait bien nous arriver…!

Le très populaire magazine “VOLARE” titrait un article du numéro du mois d’août:  “Chiusi per antincendio Fermés pour cause de service incendie.

C’est l’annexe 14 ICAO Italienne qui divise les aérodromes en 9 catégories, en fonction des caractéristiques des pistes et des appareils qui y opèrent dans l’ordre croissant, de la 1ère à la 9ème catégorie. Pour couronner le tout et rendre cela encore plus compliqué, les pompiers devant s’y trouver, sont divisés en 9 catégories mais dans l’ordre inverse, en rapport à la longueur et le diamètre des fuselages des appareils les plus grands pouvant y atterrir (…).

L’annexe 14 a été mis en place par une loi 930 de 1980 où pour les aérodromes les plus petits (1ère catégorie) il y a obligation d’un service incendie de 9 ème catégorie (3 personnes minimum munies d’une autorisation de manipulation d’extincteur).

C’est cet été que la boîte de pandore a été mise en évidence, les membres habilités étant en congés, des aérodromes comme Carpi, Modena, Ferrara, Asiago et Gorizia ont purement et simplement fermé par Notam de l’ ICAO (OACI chez nous) leur aérodrome jusqu’à fin août par mesure de sécurité (?!)… Mettant en difficulté les quelques entreprises présentes sur ces aérodromes ! C’est une première depuis 1980 !

Selon Carlo GOLDA président de AOPA Italie et expert en droit de la navigation:  “C’est absurde et utopique que de vouloir étendre même sur les petites structures l’obligation d’un service incendie ! On ne peut subordonner l’activité des vols privés aux règles du transport public passagers !” Il a rappelé à ICAO qu’exclus les cas dolosifs (incendies volontaires) les avions ne brûlent plus depuis des décennies, mais que ces normes contraignantes obligent des dépenses onéreuses qui pèsent sur les bilans des petits aéroclubs: -Formation des habilités, obligation d’une motopompe voir un fourgon… Les cas d’incendies surviennent pratiquement toujours en dehors des structures, suite à un accident par exemple et que dans ce cas, ce sont les pompiers du lieu qui interviennent. Il a rappelé le cas de Gorizia en 2002 où un incendie d’herbe avait été causé par l’échappement de la faucheuse de l’ aéroclub et deux ans après les pompiers eux mêmes, mirent le feux au broussailles suite à un entrainement. Ou l’aérodrome del Migliaretto qui est fermé depuis trois décennies pour manque de service incendie où encore aujourd’hui les pompiers du coin accourent pour éteindre une herbe trop haute et sèche qui ne cesse de prendre feu parce que plus personne n’ose la faucher. La DCA (DAC chez nous) de Linate ne répond pas aux demandes incessantes du Migliaretto d’autorisation de fauchage. Plus que le feu dans les aéroports, il semble que les fonctionnaires et bureaucrates sont intimidés par la peur de se bruler avec des lois, règlements et circulaires qui en Italie, quand il s’agit de choses qui volent, ce sont des choses qui brulent ! Carlo GOLDA a terminé son réquisitoire ainsi.

Revenons à nous, cet effet sécuritaire (le tout sécurité) n’existe t’il pas chez nous aussi ? Qui ne serait pas heureux d’atteindre le niveau zéro accidents !  Mais à vouloir tout sécuriser nous risquons de créer d’autres dangers, c’est le paradoxe de notre nouveau monde aseptisé où souvent règne la règle du parapluie plutôt que la règle sécuritaire intelligente. Pourquoi en matière de médicaments on doit accepter leurs effets indésirables en mettant au devant le rapport bénéfice obtenu sur le risque encouru ?  Alors que dans tout le reste on accepte pas la moindre responsabilité ?  L’ ULM est né de cette acceptation de responsabilité, c’est l’essence même du mouvement et voilà que quelques bureaucrates plus soucieux de la perte de leur fauteuil que de la sécurité, obligent le grand nombre à se soumettre à des règles absurdes et inutiles causant plus de mal que de bien… J’en veux pour preuve encore en Italie (décidemment il y a un élan sécurité impressionnant dans ce pays) l’obligation d’attacher un enfant de moins de dix ans sur un siège spécial à l’arrière d’une moto (?) Même les catalogues de sièges soulignent: -Extrêmement dangereux en cas de chute ! C’est consternant de laisser dicter des règles sans aucune connaissance en la matière !!!

Le rapport risque sur bénéfice encouru n’est jamais appliqué, le tout interdit est plus rassurant pour le législateur. Comment on a pu en arriver là !

Qui n’a jamais dit:  ”On a posé le feu tricolore après l’accident !” ? L’accident n’est jamais prévisible, sinon il n’y en aurait pas !  Par contre, on peut dicter des règles pour le rendre le plus inoffensif que possible, c’est le cas des limitations de vitesse, ce sont des experts qui en 1972 lorsque la limitation a été fixée, avaient fait chuter le chiffre de 8000 morts par an sur un total de 15000 (la ville de Mazamet…vieux spot télé) Le législateur de l’époque s’était entouré d’experts, qu’en est il aujourd’hui ?

Aujourd’hui on tente d’éliminer l’accident et là c’est une utopie. -Un accident est un évènement aléatoire et fortuit qui entraine un dommage aux personnes, aux biens et ou à l’environnement (wikipédia).

Un accident survient parce qu’il existe au moins un objet ou une activité présentant un danger, pour lequel les scénarios d’action ou de coexistence mis en oeuvre présentent un risque insuffisamment maîtrisé.

Quel est la différence entre un danger et un risque ? Le danger est inévitable, le risque lui peut être maîtrisé. Exemple:  “La falaise est un danger inévitable, on ne peut enlever une falaise. Le risque est celui d’y tomber dedans si l’on s’en approche. En posant une barrière on élimine pas le danger mais on élimine le risque”.

Aujourd’hui, le législateur s’essouffle à vouloir à tout prix éliminer le danger… ex. Interdit de faire de l’ ULM, ne riez pas, en Suisse c’est le cas ! Il n’y a pas d’accident d’ ULM en Suisse !  Super ! Il n’y a cas continuer ainsi sur toutes choses et l’on atteindra la perfection totale où lorsque on se croisera on lèvera la main en ouvrant les doigts en forme de “V” et en guise de “bonjour” l’on entendra:  “Paix et sérénité !”

Par contre, pour l’évaluation et l’amoindrissement du risque il faudra bien faire avec ceux qui connaissent la chose, les experts ! Et c’est là que nous touchons le fondement du problème, Le législateur à besoin de nous, mais il ne tient pas nous le faire savoir, par peur de se faire dicter la règle par ceux même qui vont “l’utiliser”… Ils n’ont pas confiance, ou nous entendent sans écouter. Alors ils font cavalier seul et l’on voit ces inepties.

Heureusement que nous sommes Fédérés et en France cela fonctionne encore bien, mais jusqu’à quand, l’Europe est omniprésente et l’ EMF (Fédération Européenne) pèse de tout son poids sur les décisions des législateurs Européens, c’est à nous pilotes d’être attentifs aux moindres mutations pour préserver ce petit mouchoir de libertés !

En attendant, toute la rédaction vous souhaite de superbes vols… La rédaction

Share

est Administrateur du site ULM Actualité Directeur de la publication
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire

Image CAPTCHA Ecouter le code ci-contre
Choisir une autre image CAPTCHA