Le webzine de l'UlmSite Responsive Design 10 ans déjà

ULM Actualité

Le webzine de l' ULtraléger Motorisé

Le KOMPRESS, un hélicoptère Ulm très performant !

Par • 17 mar, 2011 • Catégorie: ULM haut de gamme • Commentaires: 50 commentaires»

Le KompressDans la catégorie “ULM HAUT DE GAMME”, nous ne pouvions pas ne pas vous parler de l’hélicoptère. Catégorie 6 dans les starting blocks, c’est le KOMPRESS CHARLIE, version améliorée du KOMPRESS CH7 des frères BARBERO qui a attiré toute notre attention. Ce petit biplace tandem est effectivement dans les clous de l’ Ulm.

Nous n’allons pas vous inonder de détails techniques, vous pourrez les retrouver sur Kompress.fr, le site de la société ALIXA SARL importateur du Kompress Ch7 depuis onze années:

-

CH7-KompressAlixa Sarl – Kompress France
Contact : Matthieu De Quillacq
Le Pont Long
04400 Barcelonnette (France)
Tel : +33 (0) 492 810 362
Gsm : +33 (0) 607 661 668

La révolution technique réside dans le système de rotor principal, l’élimination de la plaque oscillante réduit les pièces en rotation et simplifie le pilotage. Il est accessible financièrement, fiable et facile à entretenir !

Ses performances n’ont jamais été atteintes par les hélicoptères à pistons. Matthieu de Quillacq a réalisé un tour du monde sur son Kompress Charlie 2 en passant par le GROENLAND > OSHKOSH (USA) > ALASKA > Détroit de BERING > RUSSIE et retour en FRANCE (Images sur le site Kompress.fr).

Utilisé par Jacques MAUREL à Berre-La-Fare LFNR, c’est l’hélico choisi pour le test de formation de pilote hélico Ulm sous l’égide de la FFPLUM et la DGAC (Plus d’info ici).

Matthieu nous gratifie d’un film du Kompress réalisé par Aloïs Bruno. Un film de 13 minutes plein de poésie, avec des images à vous couper le souffle ! Je vous assure qu’après l’avoir vu, vous n’aurez qu’une seule idée en tête… …casser la tirelire ! Eteignez la lumière, montez le son et passez plein écran… Silence ça tourne…

M.D.

Share
Marqué comme: ,

est Administrateur du site ULM Actualité Directeur de la publication
Email à cet auteur | Tous les Articles par

50 commentaires »

  1. Personne ne doute que cet hélico soit performant. Les problèmes viennent d’ailleurs :
    - Moteur turbo-isé qui sera toujours dans les hauts régimes (avec les risques pour la fiabilité, car un hélico est dévoreur de puissance, ce moteur sera presque toujours en régime max continu),
    - Poids à vide élevé (275kg) qui ne permettra pas aux personnes lourdes de voler (même les légers devront voler avec peu de carburant), on arrivera aux mêmes problèmes que connaissent les ULM 3 axes : une discrimination selon la taille-poids des gens.
    Quand on songe que c’est l’hélicoptère de référence pour fixer les contours réglementaires de la classe 6, on se dit qu’il ne sera plus jamais possible de faire voler un hélico-ULM plus spacieux où on ne sera pas “bite à cul”.
    L’ELA a malheureusement de beaux jours en perspective … Il aurait été tellement mieux de permettre une masse de 500 ou 600 kg aux hélicoptères-ULM !

  2. Bonsoir “toi-même”,
    Je me rends compte que nous sommes encore et toujours dans le débat: “Hélico Ulm ou pas Ulm !”. Ce débat est clos depuis longtemps… “L’Hélico classe 6 sera Ulm ou ne sera pas !” (Dominique MEREUZE), je respecte ta pensée, les commentaires sont fait pour ça ! Mais tâchons de comprendre:
    -Pour la fiabilité, toutes machines munies de moteurs ont une durée de vie (voir article “la fiabilité de nos moteurs Ulm”). La machine de Matthieu de Quillacq est une machine de série, seul le réservoir a été “retouché” pour des vols de 12 à 13 heures (voir son voyage autour du monde sur son site). Je pense qu’en matière de fiabilité il n’a pour l’instant, rien à prouver. La première machine (CH6) date de 1987, depuis plus de 150 Kompress volent dans le monde !
    -Le poids de 275 kg est un poids à vide de la plus part de nos 3 axes biplaces, les hauts de gamme dépassent souvent les 300 kg à vide ! Personne n’oblige nos pilotes à charger les appareils d’accessoires et bagages à n’en plus finir. Le bon sens doit être de mise, surtout si l’on dépasse les 290 kg à vide ! Il n’y a pas de discrimination pour les personne “lourdes”, elles s’adaptent pour le vol requis, cela dépend de la charge d’essence ou de bagages… (On ne va pas réinventer l’Ulm !?)
    -L’Ulm est ainsi fait ! On n’a pas créé ce mouvement pour voir un jour arriver des machines de 1000 kg et plus !? Pourquoi “interdire” de pouvoir un jour “toucher” l’hélicoptère sous prétexte qu’il ne suffira pas en matière de place ou puissance ? Puisque celui-ci existe, il a au moins le mérite de donner “la chance” à ceux qu’ils le veulent, de s’adonner à la joie de l’hélico à moindre coût ! Charge à ceux à qui cette classe en déplaise, de choisir l’hélico “normal” et toute la lourdeur administrative et pécuniaire qui en découle ! Il y a un tout nouveaux Kompress biplace côte à côte (un peu plus cher), mais il a le mérite d’exister.
    -L’ELA est une classe de machines de plus de 1000 kg pour le ELA1 et 2000 kg pour le ELA2. Je pense que tu voulais parler de la LSA (5-600 kg) Les beaux jours on les attends toujours… Pour l’instant c’est une classe issue de la classe américaine qui ne peut voler en Europe qu’avec un Permit To Fly valable deux ans à renouveler.
    Là où se trouve l’erreur, est de vouloir à tous prix entrer une machine de 600 kg dans l’Ulm. L’Ulm est l’Ulm, le LSA est le LSA ! Les mélanger, c’est TUER l’Ulm (Ce qui est arrivé aux Etats Unis ! Les derniers pilotes d’Ulm volent en infraction… On a intégré la LSA à l’Ulm, avec des règles un peu plus contraignantes en oubliant les petites machines !).

    On ne va pas expliquer à chaque fois les raisons de la masse des Ulm (Inertie, masse, décrochage et bla bla et bla bla) c’est la condition pour voler “libres”. Le poids augmente la VSO, l’inertie, masse… et la perte de nos libertés !

    Pour l’instant il existe quelques machines entrant dans les clous… Les pilotes désirant en profiter peuvent assouvir leur rêve. Ceux à qui la formule ne les attire pas, pourront se tourner du côté des machines certifiées. L’Ulm n’est pas qu’une sorte de machine, c’est aussi une pensée, une philosophie, un mouvement qui va dans le même sens, celui de la protection de nos libertés.

    Daniel

  3. Bonjour, effectivement ont pourrait penser comme “moi même” en lisant la fiche technique de ce micro helico, mais Daniel a raison, cette machine est avant tout un ULM et qui plus est un vrai.
    Apres avoir eu la chance de l’essayer ce week end, aux commandes, avec le bras et les conseils au dessus de mon épaule de la référence en matière de CH7 “Matt le voyageur”, je peux vous dire que ses performances vous coupent le ” souffle”. Le nid de matt se trouve déja a 1300 m, et malgré cela et mes 90 kgs nous sommes montés a 500p/mn jusqu’à 3000 m sans jamais dépasser 30 a la PA pour 45 possibles. Il y en a vraiment de reste sous le pied….. Une précision, réactivité très agréable.
    Surtout ne changez rien, cette machine, c’est de la cocaïne, et je suis étonné que le dealer ne soit pas déjà sous les verrous……..
    Laurent Enthousiasmé.

  4. bonjour,

    Je salue les perfos du compress et j’espère que cette machine fera adopter la classe 6 par nos très inertes bureaucrates.
    Mais je trouve désolant que l’on accorde pas au moins 50 kg supplémentaires sur la masse max décollable pour passer à 500 kg aussi et surtout sur voilures fixes en sachant pertinemment que la majorité des ulm sont en infraction .
    Les ulm en France sont testés à 600 kg et sont largement dans les clous pour prendre un troisieme passager .
    Nous avons vraiment affaire à des décideurs peu concernés et bornés .

    Martial

  5. Et bien mon cher Martial,

    Cette machine est vraiment au top et elle a de l’avenir devant elle… Pour ce qui est des masses, nous avons une limite non négociable de la part des autorités Européennes, si l’on accorde ne serait-ce qu’un seul kilo au delà de la masse maxi, ce ne serait plus un Ulm ! Ce n’est pas une question d’entêtement de la part de nos instances fédérales, mais une protection de ce que nous avons obtenu dans le passé qui est EXTREMEMENT difficile à garder ! Le combat est quotidien (lire la presse sur le sujet).

    Si certains pilotes Ulm volent en infraction (ce n’est pas une généralité) c’est à leurs risques et périls, ils savent ce qu’ils font. Pourquoi tourner le problème à l’envers ! On ne remonte pas les limitations des vitesses sous prétexte que les automobilistes ne respectent pas celles-ci ? Lorsqu’on fait acquisition d’une machine qui pèse 300 kg, voir plus à vide, il est facile de comprendre que “chargée à bloc”, la masse maxi sera dépassée !? Et ils le font en connaissance de cause !.

    Les fabricants nous gratifient de machines superbes, elles ont le mérite d’exister, à nous de nous adapter à la règle et non le contraire, sous peine de tout perdre et se retrouver comme aux US ou au Royaume Uni avec des Ulm limités à 115 kg à vide… Ca vous va comme perspective ?…

    Bons vols

    Daniel

  6. Bonjour, avez-vous des nouvelles dans l’évolution de la classe 6, actuellement je suis pilote de 3 axes et autogire. Je viens de séparer de mon ULM storch dans le but de faire l’acquisition d’un KOMPRESS. mais avant, je dois passer mon brevet de la classe 6.
    Pourriez-vous m’indiquer, le nombres d’heures avant que le rotor doit etre changé, et que prévoit le manuel d’entretien ormis l’entretien classique (ex: vidange)
    Dans l’attente de vous lire, je vous souhaite une bonne soirée

  7. Bonsoir Joel,

    Excuse le retard mais en ce moment je me trouve en Suède et ai trouvé un moment et une connection internet pour répondre à ta demande.

    Je te joins le lien du site Kompress.fr de Matthieu (Matt le voyageur) Manuel d’entretien du Kompress où tu trouveras tes réponses. Pour la Classe 6 cela ne devrait pas tarder puisque l’essais des formations de pilotes hélico ulm ab initio a été concluant. Lien du site Hélico Ulm.org

    A bientôt

    Daniel

  8. Bonjour

    Nous sommes un certain nombre dans les “starting blocks” et je crains que les espoirs ne soient déçus d’une manière ou d’une autre. Les autorités doivent en effet statuer sur :
    l’homologation (sous réserve que ce terme soit administrativement correct) des futurs aéronefs de classe 6 (masse à vide, masse maximale, puissance, etc,
    Les contours du titre aéronautique (formation pratique, niveau théorique requis, Visite médicale, pratique minimale de maintien de la licence,…
    La formation. Par qui, où ?
    Autant dire qu’il y a une foultitude de raisons pour qu’une administration, conservatrice s’il en est, trouve toutes les raisons pour faire ce qu’elle fait si bien; c’est à dire, rien ! Les acteurs dévoués de la promotion de cette classe auront fait ce qu’ils auront pu.

    J’ai été initié, il y a longtemps, sur pendulaire par Olivier Witta – mort aujourd’hui. Lorsque je me suis intéressé aus 3-axes, J’ai commencé par 20 heures d’avion et le théorique qui va avec. J’ai volé sur tout ce que produisait Aviasud (Sirocco, Mistral, Albatros) et mes amis Bernard d’Otreppe et François Goethals sont également disparus. Ils étaient tout sauf inconscients (au moins les deux derniers…).

    Dans le contexte de mon intérêt renouvelé pour l’ULM, et celui, tout neuf, de l’Hélico/ULM, j’aspire à l’application à l’hélico/ULM de la réglementation ULM et à la mise en place de formations dignes de ce nom.

    A défaut, je me remets au 3-axes.

    “Fingers crossed”.

  9. En effet mon cher Sihanouk,

    Tout laisserait supposer que les autorités seraient contre ce projet ! Hors il n’en est rien, puisque la DGAC a été moteur de celui-ci avec la FFPLUM et l’UFH.
    Pour ce qui est de “l’homologation”, il n’y en a pas, l’Ulm étant sous système déclaratif… Il fallait juste “chercher” la machine qui entrait dans les clous pour les formations d’essais, c’était au début, cette machine c’est le Kompress. Pour la suite, charge aux propriétaires ou futurs propriétaires de vérifier que leur machine entre dans les clous. Exactement comme pour les multiaxes ! Les fabricants doivent juste déclarer leur machine à la DGAC afin d’obtenir la Fiche d’Identification, car sans elle, nul ne peut réclamer la Carte d’Identification !
    Jusqu’ici, les autorités n’ont rien à changer, cela fonctionnera comme pour les autres Ulm

    Pour les Brevets, nul besoin de maintien de la licence… Nous sommes en Ulm, il n’y a pas de minimum requis de maintien… C’est la responsabilisation du pilote ! Comme pour le reste des Ulm. Lorsque je reste longtemps sans voler, je m’octroi une heure ou deux de cours pratique avec un instructeur… Je ne suis pas “fada”, je suis responsable de ma machine et de ceux qui y montent à bord !

    Là où ça se corse, c’est: qui va administrer les cours et dans quelle pédagogie ? Là est tout le travail réalisé par la seule école actuelle à Berre La Fare suivi par une formation d’Instructeurs une fois les cours “homologués” ! Les autorités ont attendu que les dix élèves ab-initio soient formés, ils ont obtenu une licence provisoire (puisqu’elle n’existe pas encore). Reste maintenant à formaliser la pédagogie utilisée et à créer une pédagogie pour former les futurs Instructeurs, d’où cette “longitude sans fin”.
    Tout cela doit être formalisé cela prend du temps, l’autogire avait duré plusieurs années, j’espère l’hélico un peu plus rapide ça ne fait qu’un an après tout depuis le début des formations d’essais.

    Je ne crois pas la DGAC après tout ce travail abattu, faire marche arrière, tout du moins j’espère ! Soyons confiants, attendons…

    Daniel

  10. Mon Cher Daniel

    Merci pour ces précisions.

    J”ai d’ores et déjà pris contact avec Berre-la-Fare de même qu’avec un certain nombre de personnes gravitant autour du Kompress, puisque c’est l’appareil qui a retenu mon attention et le seul, je crois, à ce jour à rentrer dans les clous de la future classe 6.

    Je suis donc dans l’expectative mais dès que le feu vert est donné par l’Administration, je me lance.

    Les modalités seront un peu complexes puisque j’habite loin de Berre. Il est vraisemblable que je passe par quelques heures d’instruction Hélico certifié (comme je l’ai fait lors de mon initiation aux trois axes en passant par de l’instruction Avion) pour finir en double sur un Kompress éventuellement acheté entretemps. Je pratiquerai “à la canadienne”; c’est à dire par stages de quelques semaines.

    Reste ensuite à convaincre la DGAC et le gestionnaire de l’aéroport local de m’autoriser à baser mon appareil ce qui ne me semble pas gagné puisqu’il me l’avait pas autorisé pour mon Mistral, à l’époque. Un transpondeur à bord est il de nature à les rassurer ? Aujourd’hui les ULM ont interdits. Je me vois mal mettre une machine de ce prix dans une baraque en planche sur les plate-formes ULM locales…! Et mon jardin en centre ville ne se prête guère à l’exercice.

    Mais chaque chose en son temps. Pour l’instant prions !

  11. Bonjour Sihanouk,

    C’est une très bonne idée l’école à la Canadienne, cela permet de ne pas trop sentir la douloureuse et d’attendre l’arrivée de la classe 6…
    Pour ce qui est des futurs Hélicos, il y a aussi le Mosquito, un petit hélico Canadien monoplace doté d’un moteur 2 temps le kit complet (pas de prêt à voler) est vendu aux alentours des 30500 € HT. Le site Français du revendeur .

    Il y a une autre manière d’attendre, c’est de se breveter Hélico (il existe des écoles pas trop chères) et d’immatriculer sa machine en CNSK, là l’aérodrome ne pourra plus rien dire. C’est comme ça qu’a fait notre ami Matt, l’importateur du Kompress et comme on a le choix de l’indicatif après le “F”, il a choisi “F-ULM” c’était il y a déjà quelques années où l’Ulm hélico était formellement interdit, les autorités n’ont rien vu venir…

    Pour les aérodromes contrôlés, muni du transpondeur normalement ils ne devraient pas faire d’histoires, seul les multiaxes sont autorisés. Ils font encore une allergie aux pendulaires, ils croient encore qu’ils volent à 60 à l’heure plein gaz (!?)

    Mais comme tu dis si bien, pour l’instant prions…

    Daniel

  12. Bonsoir Daniel

    Vu le Mosquito, mais indépendamment du fait qu’il soit monoplace, je ne vois pas construire un tel appareil en kit (Je suis bricoleur… mais du dimanche et je ne pense pas que cela suffise.) Peut être ai-je tort, mais je ne sens pas de pratiquer le cheminement VFR à 500′ au dessus de la Camargue ou de passer le massif montagneux qui me sépare de la grande bleue avec un moteur 2-temps qui n’a pas la notoriété et l’antériorité des Rotax. Cela semble être un appareil pour “faire le tour de son jardin” et pratiquer l’autorot’ en professionnel. Pas pour un néophyte comme moi.

    Selon toi, les démarches pour baser mon futur appareil sur l’aérodrome local (qui n’est pas contrôlé au sens strict, mais dispose d’AFIS) doivent elles commencer par le gestionnaire ou la DGAC compétente dans le secteur ?

    Bon séjour à Blois (je suppose).

  13. Bonjour Sihanouk,

    Le Mosquito je l’ai mentionné à titre d’exemple, parce qu’il n’y a pas que le Kompress prêt pour la classe 6, seulement pour l’écolage il vaudrait mieux être en biplace non ?

    Trêve de plaisanteries, pour ton parcage il faut voir avec le gestionnaire de l’aérodrome, la DGAC n’a pas compétence de gestion des aérodromes, ils ont une compétence de sureté, réglementation et de gestion de la circulation aérienne et des appareils, elle supervise les aéroports en matière de contrôle aérien.

    Le gestionnaire d’un aérodrome public, qu’il soit une personne morale (société) ou privée (en chair et en os), n’est pas le propriétaire des lieux qu’il gère. Il a une mission de gestion économique du site qui lui a été attribuée par le propriétaire, l’Etat. Comme il est responsable souvent de “tout” ce qui peut se produire sur la plateforme, il arrive parfois que ces gestionnaires outrepassent leurs prérogatives et l’on voit ainsi certains gestionnaires se comporter en vrais patrons des lieux !

    Là est toute la problématique de certains refus non justifiés… A présent, si sur la carte VAC de ta plateforme ils mentionnent l’Ulm, tu n’auras aucun problème à y parquer le tien, s’il y a de la place bien entendu. Mais si la carte VAC ne mentionne pas l’Ulm, la bataille sera plus rude, parce que le gestionnaire va “se couvrir” derrière cet élément. Dans ce cas, tu devras t’adresser directement au propriétaire des lieux, les collectivités locales (l’Etat a fait dons de quasi tout le parc d’aérodromes aux collectivités locales: Communes ou groupement de Communes).
    Le SIA (Cartes VAC) ne mentionne l’activité Ulmiste que si elle existe et c’est le chien qui se mord la queue…

    En principe, au regard des règles de la circulation aérienne, un Ulm peut se poser sur tout aérodrome ou aéroport qu’il soit contrôlé ou non, à partir du moment où celui-ci est ouvert à la Circulation Aérienne Publique (CAP) et que le dit Ulm respecte les règles des lieux (Radio, Transpondeur etc.). Mais comme cette autorisation est tributaire d’un Contrôleur, celui-ci peut en refuser l’accueil. C’est toute l’ambiguïté de cette hiérarchisation des règles.

    Certains contrôleurs peuvent autoriser l’atterrissage sur un lieu alors que d’autres vont la refuser sur ce même lieu (!?) Bien entendu, si tu te pointe sur l’aéroport de Saint Ex (LYON), entre un 747 et un A320 il y a fort à parier que tu n’entendras pas à la radio: “Fox Juliette XXX en deux en finale juste derrière le 747″. Le contrôleur a en charge la sécurité de tout ce qui vole dans sa TMA, il est normal dans ce cas de se prendre un refus, voir beaucoup plus si tu te trouve dans la situation au dessus. Mais là aussi, on peut voir certains contrôleurs refuser une clairance à un Ulm avec une activité “zéro” ! Rien ne justifie dans ce cas un tel refus, surtout si l’Ulm est en état de devoir se poser ne serait-ce que pour ravitailler ! Là le contrôleur peut s’exposer à des ennuis du type: “Non assistance à personne”. Fort heureusement cela est assez rare, mais cet arrivé !

    En général l’on a à faire à des personnes consciencieuses et très aimables.

    Voilà, j’ai été long, mais ce débat ne date pas d’aujourd’hui ! N’hésite pas en cas de refus, alors que tu respecte pleinement les règles des lieux, à faire intervenir la FFPLUM, cela fait partie aussi de leur combat quotidien.

    Bonne chance pour la suite et soyons confiants pour la future classe 6

    Daniel

    PS: Oui je serais à Blois les 3 et 4 septembre

  14. Bonjour Daniel

    Premier vol en Kompress avant hier. Magique ! Mais il y a du taf…. J’ai l’impression que l’expérience avion/ trois axes est plutôt un handicap. Heureusement, elle date…!!!

    Bon séjour à Blois et rapporte de bonnes nouvelles.

    Sihanouk.

  15. Bonsoir Sihanouk,

    courage et persévérance seront de rigueur mais, au bout c’est que du bonheur.

    Mon ami Eddy (instructeur 3 axes et pilote “futur” pilote de démo sur prime) vol sur Kompress depuis bientôt 2 ans et ce n’est que du bonheur me dit-il.

    Je te souhaite beaucoup d’heure de plaisir.

    Gérald

  16. Bonjour
    Je suis un ancien pilote hélico, paraplégique suite à un AT. Cet ulm est pour moi un rêve, depuis que je sais ca, j’ai repris les vols. J’espère pouvoir m’en acheter un en 2012/2013.
    Il me semble avoir croisé Jacques Maurel il y a plusieurs années, si c’est le garçon auquel je pense nous avons fait débuter ensemble la société Air Action.
    J’aimerais reprendre contact avec lui
    merci

  17. Bonjour,
    Je suis paraplégique moi aussi,mais suite a un accident VP,j’étais mécanicien cellule aéronef au 3 R.H.C,et depuis mon accident,je ne cesse de chercher une possibilité de voler aux commandes d’un hélicoptère et remarque qu’à part quelques exceptions,et aux Etats-Unis,il est impossible d’acceder a ce reve en France.
    En voyant cet article sur ce ULM,me reviens une question que je me pose(en vain),cela devient-il possible?
    Merci

  18. Superbe vidéo de cette vallée de l’Ubaye que je connais bien.
    J’ai quelques heures de vol dans ce secteur mais comme passager de Puma comme ancien du 11 BCA pour le secours en montagne.
    C’est bien pour “Barcelo” d’avoir une telle entreprise.
    L’hélico c’est le pied et dans un tel cadre c’est magique.

  19. J’en ai révé l’ULM l’a fait…que de temps j’ai passé a apprendre a piloter un hélico CP radio commandé a défaut de pouvoir me payer des heures de vol sur un vrai.
    Cette classe 6 ULM m’ouvre les portes du vol grandeur, j’attends avec impatience la suite, (formation des instructeurs ect…) .

    Bravo et merci a tous ceux qui ont œuvré pour que cela devienne possible.

  20. Bonjour à tous,

    C’est en faisant une recherche toute bête que je tombe sur votre site et d’apprendre la bonne nouvelle, la création d’une classe hélico/ulm

    Passionné par ces voilures et également breveté hélico sur R22 il y a qq années, l’horizon s’éclaircit pour les petits pilotes comme nous qui rêvions d’allier plaisir et liberté sans trop se ruiner.

    Qq’un pourrait-il me renseigner sur l’école de formation, aparament celle de Berre/LaFare et les modalités quand on est déjà breveté.

    Merci à tous et surtout à ceux qui ont permi et contribué à ceux que nos rêves puissent un jour devenir réalité

    Ciao et à bientôt

  21. Bonjour Francky,

    Oui, la classe 6 ULM/Hélico est née depuis quelques jours et l’enthousiasme suscité est à la mesure des espoirs que la gestation du projet a généré.

    Il n’y a pas d’équivalence directe pour la classe 6 pour un pilote Hélico. Si tu es breveté Hélico, c’est du temps de gagné car tu a acquis le tronc commun théorique ULM par équivalence. Tu dois donc maintenant obtenir le théorique spécifique classe 6.

    Il faut également que tu effectues un stage pratique avec un instructeur classe 6 qui reste seul juge, après que tu aies satisfait aux épreuves théoriques au sol et aux épreuves en vol de ton aptitude au vol classe 6. Lorsque c’est le cas, Il peut alors délivrer le précieux sésame. Par la suite, il t’autorisera à emporter un passager.

    Il va de soi qu’un pilote hélico mettra moins de temps qu’un néophyte qui n’a aucune expérience pratique ni connaissance théorique de l’aéronautique.

    Pour ce qui concerne l’écolage, à ce jour seuls les instructeurs ayant participé à l’expérimentation de Berre La Fare sont autorisés à former des futurs instructeurs et des pilotes. Ils se comptent exactement sur les doigts d’une main. Leurs priorités vont aller d’abord à la validation des compétences des pilotes qui ont participé à l’expérimentation et qui n’ont pas volé depuis une année. Ensuite, pour ceux d’entre eux qui souhaitent le faire, ils vont former les futures instructeurs classe 6. Enfin ils pourront former des pilotes ab-initio ou pilotes Hélico comme toi.

    Mais il y a un « hic ». A l’heure où ces lignes sont écrites, il n’existe aucune machine détenant une carte d’identification classe 6 en France. Beaucoup de propriétaires de Kompress sont dans les starting-blocks pour faire la démarche. Mais aujourd’hui les instructeurs dont je parle plus haut n’ont pas de machine à leur disposition.

    Cette situation va se clarifier bien sur mais je ne saurais te dire sous quel délai.

    Pour ce qui concerne les coûts, il faut tordre le « cou » (pardon pour le mauvais jeu de mot) à l’idée que les Hélicos classe 6 permettront de voler à moindre frais. L’acquisition des kits ou des machines, leur entretien, les assurances, l’amortissement, en font un sport très onéreux. Je ne suis pas sur qu’un R22 revienne beaucoup moins cher… la liberté en moins, bien sur.

    Enfin, je t’engage à consulter le site de la FFPLUM (http://www.ffplum.com) où tous les programmes sont détaillés.
    Bons vols.

    Dominique

  22. Le cout de la discipline est totalement tributaire des homologations des machines, si il n’y a que des Kompress sur le marché effectivement cela sera cher, si par contre on a aussi des appareils tels que le Mosquito xe a 38.272 € TTC (source constructeur) alors là ce sera déjà plus abordable.

  23. Bonsoir jnogier,

    Il ne faut pas confondre certification et homologation.
    Nous sommes en Ulm et de ce fait, nous entrons dans le système déclaratif des machines. Les industriels qui désirent homologuer leurs machines en “ULM”, le font par simple déclaration auprès des autorités (DGAC) afin d’obtenir la Fiche d’Identification.

    La machine doit correspondre à la règlementation Ulm et avoir subi certains essais en vol par le constructeur. La déclaration est faite sur l’honneur de celui-ci, la DGAC se réservant le droit de pouvoir vérifier à tout moment la véracité des dires du fabricant.

    C’est pour cela que beaucoup de marques sont intéressées par la simplicité du système, utilisé souvent comme un tremplin pour les nouveau arrivés afin “d’atteindre” le marché de l’aviation certifiée…

    Le Mosquito en effet, sera très certainement dans la catégorie.

    A moins que tu parlais tout simplement du coût de la machine, auquel cas, tu as raison de souligner que le Mosquito beaucoup moins cher, allègera le coût de l’heure. Mais là, c’est un monoplace, pour l’école ce sera très difficile… ;o)

    Daniel

  24. Bonsoir Jnogier

    C’est vrai ! Il n’y a pas que le Kompress, même si, à ce jour, c’est la machine la plus aboutie tant au plan du nombre de machines en service, des heures de vol accomplies que des démarches administratives auxquelles Daniel fait allusion. Nous attendons, le Ranabot, le LH212, le Mustang. Le Spirit aussi pourrait constituer une surprise. Mais pour l’heure, le choix reste limité.

    Le marché et la libre concurrence finira par réguler tout cela…. à moins que nous ne revivions le scénario Rotax et qu’une marque ne vienne quasi-tuer toutes les autres.

    Dominique

  25. Je me positionne bien sur pour le moment comme un futur pilote ULM qui aimerait bien se payer un appareil comme le Mosquito xe, c’est dans cette optique que je regarde l’évolution de la catégorie et ses couts d’utilisation, il est vrai que pour un pro bien d’autres aspects financier rentreront en compte (aspects que je ne maitrise pas).
    Tout ce que j’ai pu voir ou lire sur le kompress confirme effectivement que c’est une superbe machine et que son tarif est justifié au vu de ses performances.
    Ceci dis a plus long terme devenir instructeur classe 6 m’intéresse aussi, mais j’en suis encore loin.

    Jerome

  26. je veux etre pilote ulm mes j’ai un probleme de poids j´ai pese 125 kg je voudrais savoir quel type de ulm est adapté a mon poid

  27. Bonjour Jnogier

    Tes ambitions sont louables. Chaque chose en son temps. Tu peux déjà t’intéresser à la théorie ULM dite tronc commun, à moins que tu sois déjà titulaire d’un brevet ULM. Ensuite la théorie spécifique “classe 6″ sera à étudier. Et enfin, la pratique sur un appareil classe 6 lorsque des instructeurs auront été formés.

    Tout cela te laisse le temps de construire ton Mosquito

    Quant à l’instruction en effet la route est longue. Indépendamment des qualités requises en matière de pilotage, la fonction exige un réel sens pédagogique et une bonne dose de résistance au stress – imagines toi lâcher ton premier élève sur une machine de 150.000 € !

    Mais “c’est le chemin qui compte, pas le but…!

    Voila un projet qui va t’occuper pour les prochaines années !

    Bon courage.

    Dominique

  28. Bonjour Babene

    Ton commentaire faisant suite à l’article sur le Kompress, je suppose que ton intérêt porte sur l’ULM/Hélico. Les règles sont, en tout état de cause les mêmes pour les différentes classes ULM.

    En premier lieu, rien n’empêche une personne de 125 kgs de piloter un ULM dans la mesure où les prescriptions réglementaires (brevet, masses de l’appareil piloté, règles de l’air, etc…) et les recommandations du constructeur sont respectées.

    Puisque nous parlons poids un appareil biplace ne doit pas peser (hors parachute ou flotteurs éventuels) plus de 450 kgs (MTOW, c’est à dire masse totale avant décollage). Si tu retranches le carburant, tu as de la marge avant d’atteindre la masse à vide de 280 kgs qui a été fixée pour le Kompress, par exemple.

    Tu devrais donc pouvoir piloter, sauf impératifs de centrage et contrindications fixées par le constructeur, un ULM/Hélico biplace étant seul à bord.

    La difficulté vient de la nécessaire instruction qui impose, évidemment, la présence d’un instructeur à bord !

    Indépendamment du fait que l’espace d’un Kompress est très limité, il faut retrancher des 450 kgs indiqués ci-dessus, outre la masse à vide de la machine (280 kgs) et le poids du carburant (disons une heure de vol soit 20 litres – densité 0,7 = 14 kgs), Ceci nous laisse 450-280-14 = 156 kgs pour deux personnes.

    J’espère t’avoir éclairé.

    Dominique

  29. je finis de construire mon helicopter AW 96 et j’ai n’est pas mon licence et formation pour piloter mon helicopter ulm je voudrais savoir comment je peux faire pour piloter mon helicopter ULM monoplace en sachant que l’instruction ne peut pas monter a bord

  30. Bonjour babene,

    Pourrais-tu nous donner plus d’explications sur ton hélico “AW96″, parce que AGUSTA WESTLAND ne fait ni de kits, ni d’hélicos Ulm monoplace… Pour répondre tout de même à ta question quelque peu bizarre, il faut obtenir d’abord sa licence, on ne peut faire école sur un monoplace !
    De plus, ne met pas de lien internet mort, si tu ne possède pas de site internet lorsque tu pose un commentaire… Laisse la case vide !

    Cordialement

    Daniel

  31. Au temps pour moi sur l’hélicoptère ce plutot un AW 95 construite sur plans je-ne-comprends pas pour obtenir un permis de piloter un hélicoptere ULM monoplace l’epreuve en vole ce fait avec l’instructeur non ? j’ai voudrais savoir comment faire école sur un monoplace ?

  32. http://www.youtube.com/watch?v=pGAF48Fz29Y

    je compris ça s’apprend a piloter comme sur la video je vais mes lansé

  33. Bonjour babene,

    Enfin des explications !

    Tout d’abord pourquoi t’obstine tu à vouloir à tout prix mettre un site internet dans la case “Site web” si tu n’en possède pas ? Le site que tu as mis il s’agit du notre !

    L’ AW 95 auquel tu fais allusion est en fait un 95 A / W ou A / W 95 et est une reprise du petit hélicoptère des années 50, toujours d’ Adams Wilson “A / W”, le Choppy. Il fonctionne avec un ROTAX 503, il y a même un proto à turbine. La série des AW xxx sont en fait des AGUSTA WESTLAND qui sont de “gros” hélicoptères Italiens (rien à avoir avec le Choppy, ce qui m’a trompé dans tes premiers commentaires).

    Pour répondre encore une fois à ta question, tu ne PEUX et ne DOIT apprendre l’hélico juste avec un film !!!
    Le pilote que tu vois sur la vidéo, est déjà pilote hélico, il ne fait que prendre en main la machine ! Qui d’ailleurs est un peu LIMITE !!! A écouter les rires inconscients de ses copains ! Par deux fois il a failli percuter le sol avec le rotor ! Sans compter le fait, que les morceaux de pales peuvent TUER les personnes proches et abimer les quelques machines parquées tout près, une fois la pale cassée, si celle-ci reste accrochée, elle a beaucoup de chance de décapiter le pilote ou lui couper les membres !!!

    Ça te va comme perspective ?

    Ce pilote, malgré l’inexpérience de cette machine, on voit très bien qu’il a le geste précis et sans sur-pilotage pour maintenir le stationnaire, IL EST DÉJÀ PILOTE HÉLICO ! Un débutant aurait mis la machine en vrac depuis le début !

    Avant de te “lansé” comme tu dis, il faut d’abord être pilote hélico, avoir passé ta licence sur un biplace, puis avoir une sacrée expérience pour se lancer seul sur un monoplace que l’on ne connait pas !

    C’est OK ?
    Les pilotes ULM ne sont pas des “casse cou”, mais des pilotes responsables !

    Daniel

  34. Être pilote hélico, avoir ma licence il faut une somme enorme d´argent
    Ce qui differencie helico ulm a un pendulaire ou miltax et paramoteur par ce que pour être pilote Hélico monoplace ulm ca ce apprend sur un hélico si je bien copmpris

  35. Bonsoir babene,

    Il faut d’abord passer son Brevet Hélico Ulm, après avoir acquis par la suite une très bonne expérience, il sera envisageable de se lancer sur un monoplace d’un autre type.
    Ce qu’il faut comprendre, puisque tu es nouveau dans le domaine, qu’un brevet de pilote est acquis sur une certaine machine. Ce n’est pas comme en automobile où l’on peut passer d’une auto à l’autre sans aucun apprentissage.
    Chaque machine possède un comportement qu’il lui est propre, lorsqu’on change de machine, même si la loi en ulm nous autorise à voler sur tous types de machines, on doit se faire “lâcher” sur la nouvelle machine ! C’est la sagesse qui nous dicte cela !
    Ce qui est simple sur un biplace (faire deux ou trois heures avec un instructeur ou avec l’ancien propriétaire), se révèle beaucoup plus compliqué avec un monoplace. On découvre la machine pour la première fois et seuls !
    Seule la grande expérience peut permettre cela ! Se lancer dans une telle aventure fraichement breveté, est assurément dangereux et inconscient ! Ce que je peux t’affirmer c’est que ta machine sera cassée dès le premier essais et tu t’en tireras à bon compte si tu t’en sors indemne !

    L’apprentissage est effectué dans un hélico ulm biplace de l’école. Une fois breveté, l’hélico sera loué afin d’obtenir une bonne expérience (Nombre d’heures de vol). Bien sur que cela représente de l’argent… Mais reste sommes toutes plus raisonnable que l’hélico certifié.

    L’Ulm n’est pas une porte ouverte au n’importe quoi ! Même pour un paramoteur il y a un apprentissage et un Brevet de pilote.
    L’aviation est un domaine où la rigueur, le sérieux et la conscience du risque doivent régner en maître ! Le non respect de ces trois “règles” conduit à plus ou moins brève échéance… …à l’accident !

    Daniel

  36. bonjour,cout de construction d’un kompress par soi meme, + formation merci d’avance.cordialement

  37. Babene, Aahhhh babene !!!

    Je suis un néophyte et cela fait des mois que je me renseigne patiemment, en pesant le pour et le contre, avec beaucoup d’humilité avant de prendre la décision de me lancer dans la classe 6 (achat et montage de l’hélico avec un mécanicien,téléchargement de manuels d’hélico,achat de documentation,prises de contact et de renseignement dans le milieu,notions d’aéronautique,cours tronc commun, cours classe 6, partie pratique…le chemin sera TRÈS long).

    A chacune de ces étapes, je me dis que la SÉCURITÉ, la patience et l’humilité seront mes principales aides.

    Et puis, je tombe sur tes commentaires, avec 3 fotes d’haurtaugrafe par mot, ton acharnement a vouloir voler sur un hélico réel (et non un jeu sur Playstation) en te basant sur un petit film que tu as récupéré sur youtube et tes questions imprécises pleines d’erreurs dans les références que tu donnes.

    Babene, je veux te sauver la vie !

    J’ai plusieurs amis pratiquant le Wingsuit, le parachutisme, l’ULM et même 1 qui est pilote de chasse.
    Tous ces gens expérimentés ont des idées politiques différentes, des gouts culinaires différents, même leur couleur préférée n’est pas la même, aucun d’entre eux n’écoute la même musique mais TOUS m’ont répété sans cesse que dans les airs, la PRUDENCE, la SÉCURITÉ,humilité, la patience (ne jamais chercher a sauter les étapes) sont ta seule chance de survie.

    Tes parents ont mis plus de 20ans a te construire patiemment et tu peux tout réduire a néant en 1 seconde.
    Sans aucune ironie (je fais moi même 110kg), un petit régime sera nécessaire pour nous 2 et l’on ne se sentira que mieux d’un point de vue santé (donc voila enfin une vrai motivation a perdre une bonne cinquantaine de kilos).

    Par ailleurs, je suis étonné de la patience et la pédagogie du Webmaster qui répond quand même patiemment a tes questions tout en détaillant le plus possible; je connais des forums ou tu te serais fait “jeter” direct.

    Voila, Babene, j’ai tenu a faire ce commentaire sans agressivité mais en toute objectivité (le Webmaster peut afficher mon email si necessaire)., car il ne s’agit pas ici de donner le mauvais exemple de la precipitation ou d’inciter d’autres personnes a bruler les etapes.

    Babene, je te souhaite bonne chance dans cette longue quete qui t’attends (tout comme moi) et j’espere t’avoir evité de mauvaises idées ou mauvaises rencontres.

  38. CQFD !!! Très cher “A babene” (c’est un autre…)

    Bonne chance pour ta quête du Saint Graal classe 6 et n’hésite pas à nous tenir informés de ton évolution.

    Daniel

  39. Bonjour Daniel,

    Je viens de découvrir ton existence et le Kompress.
    Je serais très intéressé par l’achat et le montage d’une machine.
    Pourrais-tu me dire à peu près le budget envisagé?

    Merci d’avance

    Christophe

  40. Bonsoir Christophe,

    Tu as en début d’article les coordonnées de l’importateur du Kompress, Matthieu De Quillac qui saura te renseigner bien mieux que moi…

    Bien à toi

    Daniel

  41. Bonjour , le compress Ch 7 bi places , est une très belle machine . Mais quel est sont côut D ‘entretien ? Exemple sur 10 ans dont 1000 heures de vols !!!! Merci de Bien vouloir m éclairer . Jean-Pierre .

  42. Bonjour
    ‘Ai regardé aujourd’hui sur TV5 monde un reportage sur les hélicoptères “ulm”. Je les trouve extra ! J’aimerai me reconvertir dans çe type de montage… Étant enseignant en science de l’ingénieur option énergie et très passionné de mécanique et autre, ce type de produit serait ur moi une occasion unique de vivre une passion ….
    Profitez en, cela doit être génial
    Jeff
    Nouméa

  43. Bonjour
    Petit retour pour jeff..
    Etant aussi sur nouméa , peux etre pouvons nous nous retrouver autour d un café pour que je t’ en dise plus.
    16h de kompress avec Matt je passe le cap c ‘ est décidé.

    une vie de passion plus qu une vie de possession, je partirais de toute maniere.

    Olivier 723671

  44. bonjour, jolie a regardér. pour info.est il possible de construire son ch7 sois méme en kit. et conbien coute ce kit merci

  45. Bonjour gaetan,

    La question faut la poser à l’importateur, l’adresse est dans l’article. Pour ce genre de kit, il faut une parfaite connaissance de l’hélicoptère, monter une tête de rotor n’est pas à la portée de tous. Il existe des kits de monoplace sur d’autre marques très abordables. MAIS ATTENTION !!! J’en connais un très peu cher qui n’a jamais été plus haut que 3 mètres !!! Là aussi pour trouver des kits ou des liasses de plans faut faire très attention ! Il faut connaitre la machine que l’on désire monter. C’est à dire savoir qu’elle vole, combien de machines sont déjà en l’air et si ses propriétaires en sont satisfaits !
    Posséder une photo de la machine de nos rêves au sol, ne démontre pas qu’elle vole et encore moins une planche de dessin avec vue de face, de côté et du dessus, ne démontre rien !
    Lorsqu’on se porte acquéreur d’un kit, c’est qu’on connais bien la machine pour l’avoir testée, vus d’autres propriétaires etc…

    Foncer tête basse nous mène inéluctablement à un échec et de l’argent jeté par la fenêtre !
    A présent, si toutes les démarches sont déjà exécutées et que tu te sent l’âme d’un constructeur, des kits existent à toi de faire le tour des importateurs…

    Daniel

  46. Bonjour, est ce que quelqu’un aurait des infos ou un retour d’experience sur l’helico H3 de chez dynali?

  47. bonjour,quelqu’un écrit ,des texte pour moi,que je n’ais pas écrit.donc il emprunte mon nom ,je n’apprécie pas,en plus le 7 juillet j’étais a madagascar,alors il faut arréter,svp.
    merci
    ou alors ne pas mettre mon nom.

  48. Bonjour martial,

    Très à cœur de protéger la vie privée de nos lecteurs, nous avons lus votre commentaire avec un très grand intérêt et entrepris des recherches dans notre base de données… En effet en matière d’Informatique il faut faire extrêmement attention !

    En premier lieu, le nom auquel vous faites allusion (…ne pas mettre mon nom…) Ce sont les internautes qui en ont la pleine maîtrise, le formulaire de commentaire précise ce qui est publié et ce qui restera caché des lecteurs. Le champ “Nom ou pseudo” stipule: “Requis” donc publié. Le champ “adresse email” stipule: “Requis, mais non publié“.

    Hors pour le cas qui nous préoccupe, le nom “Martial” est un prénom ou un pseudo que d’autres peuvent utiliser… Hors dans notre base de données il y a bien un “Martial”, mais avec une majuscule dont son adresse email n’est pas la même que la votre !

    Je peux comprendre que cela puisse offusquer de voir qu’il y a un même prénom pour deux commentaires, mais dans ce cas, ce serait au premier de se plaindre d’un “emprunt” de nom, puisque son commentaire date du 7 juillet 2011 et non 2013, bien avant le votre. Si vous utilisez votre prénom en guise de pseudo, il ne faut pas vous étonner après qu’il y a d’autres commentaires avec le même prénom ?!

    Ce que nous pouvons vous conseiller, c’est d’être beaucoup plus inspirés lors de la compilation du formulaire sur le champ “Nom ou Pseudo”. De notre côté, nous pouvons ajouter un commentaire d’avertissement à côté du champ afin d’éviter toutes confusions… Pour l’informatique, “martial” et “Martial” ce sont deux pseudos différents !

    Merci pour votre intervention qui a permis un éclaircissement à ce sujet… Mais pour le commentaire de “Martial”, il ne s’agit que d’une coïncidence fortuite indépendante de notre volonté.

    Daniel MENGONI

  49. Bonjour, retraité avec du temps libre, je désire donner aide ( sans contrepartie ou rétributions) pour apprendre à monter ulm ou hélicoptéres léger, déplacement maxi 5 heures de Genève, ou cas par cas ! tel 0041 77 447 4008. PO.BOX 121 CH 1255 VEYRIER

  50. Bonjour,j’avais trouvé sur un site web un questionnaire de préparation à la licence de pilote ULM en quatre volets, physique, mécanique, sécurité, Météo. ect….. pour l’apprentissage, hélas je ne trouve plus ce quid,, merci quel personne sympas peut me rappeler le site. mail : jp.schelker@wanadoo.fr

Laisser un Commentaire

Image CAPTCHA Ecouter le code ci-contre
Choisir une autre image CAPTCHA