Le webzine de l'UlmSite Responsive Design 10 ans déjà

ULM Actualité

Le webzine de l' ULtraléger Motorisé

Monaco Pékin en paramoteur… !

Par • 6 juil, 2018 • Catégorie: News • Commentaires: Aucun commentaire»

Couverture Monaco Pékin en paramoteurQuel pilote d’Ulm ne s’est jamais posé la question un jour : “Et si j’entreprenais un beau et long voyage en Ulm ?” Que ceux qui l’ont fait, lèvent le doigt !

Oui, il y en a quelques uns me diriez-vous… Ce qui est une évidence, c’est que TOUS un jour se la sont posé !

Mais là où personne ne l’avait fait, c’est de traverser une bonne partie de l’hémisphère Nord ; en Paramoteur !

Cela a été réalisé en 2008 par Gabriel GALTIER et Frédérique JACQUES. Mais c’est aujourd’hui que sort le livre “MONACO-PEKIN EN PARAMOTEUR” par Gabriel GALTIER que vous pouvez trouver chez AMAZON en format papier ou électronique.

A tous ceux qui fustigent l’Ulm sous prétexte d’une masse au décollage trop faible pour entreprendre le moindre voyage. La philosophie de celui-ci “imposant” les sauts de puce, Frédérique et Gabriel ont démontré qu’on peut aller très loin en repoussant les limites psychologiques qu’imposeraient les machines “rudimentaires”, sans jamais perdre de vue que l’Ulm est un engin rapide pour personnes jamais pressées !

Frédérique et Gabriel se connaissent depuis longtemps. Frédérique, parapentiste des premières heures, compétiteur dans les deux disciplines (parapente et paramoteur). Il a participé aux championnats du monde de paramoteur en Chine en 2007. Il détient plusieurs records du monde de vitesse, distance ou altitude en paramoteur.

“…Nous vivions dans le sud-est de la France près de Monaco et nous nous rencontrons au moment où tous les deux nous avons l’idée de motoriser nos engins volants. Notre but était d’aborder un autre domaine de vol et pour pouvoir envisager de parcourir des itinéraires ne dépendant pas de l’aérologie ce qui est impossible en vol libre, c’est à dire sans moteur. Le paramoteur existait déjà depuis des années, Didier EMIN, originaire de Nice, avait déjà effectué sa traversée de la Méditerranée et on avait pu voir Nicolas HULOT faire quelques démonstrations lors de ses émissions télévisées.

C’est en volant chez-nous dans les Alpes que nous est venu l’idée de tenter des parcours jusqu’alors jamais réalisés, avant tout pour notre plaisir de pilote.”

Carte voyage paramoteurEn 2004 ils ont déjà réalisé un voyage avec les paramoteurs de l’époque motorisés en 100 cm3 et des ailes de parapente qui ne dépassaient pas 40 km/h, en reliant Toulouse à Casablanca sur leur temps de vacances et avec des moyens très modestes, un van VW et une remorque pour le matériel, un ami qui conduisait pour les récupérer.

Mais pour l’expédition “Monaco – Pékin”, ils se sont lancés en mai 2008, de Monaco, avec le parrainage de SAS le Prince Albert II de Monaco. Ils utilisaient des Paramoteurs fonctionnant au biocarburant E85.

Le livre parle de la genèse de ces aventures, de leur déroulement, mais aussi de la notion de voyage et d’exotisme en général. Vous pouvez le commander ici

Voici pour vous, un court extrait du passage en Mongolie :

 

MONGOLIE

Mongolie paramoteurNous rentrons en Mongolie, par les hautes régions des montagnes de l’Altaï. La route qui mène à la frontière serpente le long d’une montagne un peu ronde, surmontée d’un haut plateau, c’est là que nous posons pour notre dernier vol en Russie. Nous campons sur place, sur du permafrost, le sol est gelé sous nos tentes, à une vingtaine de centimètres de profondeur.

La végétation est rare et il ne s’agit que de hautes herbes. Le passage en douane est habituel, autour de nous, nous voyons beaucoup de petits véhicules, fourgonnettes ou voitures, surchargées de denrées, comme des pâtes alimentaires, du riz ou du savon. Ce sont des Mongols, qui sont allé faire des achats en Russie, et qui retournent chez eux.

Le passage de la frontière est aussi difficile pour eux que pour nous. On leur fait entièrement vider les véhicules et ils attendent parfois durant des heures. Comme nous, ils semblent habitués et parfaitement résignés. Immédiatement après le passage du poste-frontière mongol, il y a un col à passer et la piste qui y mène est un chemin en épingle extrêmement raide, mous envisageons de décoller une fois au sommet du col, la distance vis-à-vis de la frontière étant raisonnable.

La piste est tellement raide et Mongolie paramoteurl’altitude faisant son effet sur le moteur du fourgon, nous passons le col, en première, pied au plancher et à la limite de caler ! Si nous avions su que le véhicule allait peiner à ce point, nous serions descendus, en prenant chacun un maximum de poids, pour soulager la mécanique, nous avons sous-estimé les effets de la haute altitude. Pour les paramoteurs il n’y aura aucun problème, nos puissants moteurs nous permettant d’évoluer en altitude jusqu’à quatre mille mètres, sans trop de soucis.

Nous voilà une fois de plus en montagne, mais il ne s’agit pas des Alpes que nous connaissons bien, il s’agit de hautes montagnes avec beaucoup de sommets dépassant les trois mille mètres, il n’y aucun arbre, ce sont des sommets nus, souvent balayé par des vents violents. Même en cette saison estivale, on sent que le climat est terrible dans cet univers minéral. De loin en loin, il y a des petits lacs aux eaux bleues magnifiques. Les reliefs sont nus et rocheux, souvent de teinte ocre, dès que possible, quelques herbes hautes donnent une couleur vert-jaune à certains versants.

Dans quelques creux de vallons, on trouve de petits arbres tordus qui parviennent à survivre. Mongolie paramoteurNous avons l’habitude de survoler des hautes montagnes, on s’y sent toujours dans un univers étranger, mais là, c’est une autre dimension, on devine que l’altitude n’est pas le principal obstacle à la vie, il y a aussi à l’œuvre un terrible climat. Tout ça et d’une beauté effrayante !

Dans cet univers hostile, il faut redoubler de prudence et ne voler qu’aux heures où les éléments le permettent.
Malgré nos précautions, il est parfois tout juste temps de plier, ou de ranger précipitamment les voiles avant le déchaînement des éléments.

Un soir, alors que nous avons posé sur les rives d’un de ces magnifiques lacs d’altitude, pour faire quelques photos, j’ai un peu traîné en l’air. Au comportement de la masse d’air, j’ai senti l’arrivé de puissantes bourrasques.

J’ai immédiatement posé, pris la voile en bouchon, il était déjà trop tard pour espérer la plier, nous avons rangé en urgence le matériel et la voile en boule dans le fourgon.

Pour préparer le repas, il nous a fallu constituer une niche avec le fourgon et tous les objets un peu lourds que nous avions à notre disposition, pour que nous puissions mettre en œuvre notre réchaud à essence, sans que la flamme ne soit soufflée Mongolie paramoteurMongolie paramoteurMongolie paramoteurMongolie paramoteurMongolie paramoteurMongolie paramoteurMongolie paramoteurMongolie paramoteurMongolie paramoteurMongolie paramoteurMongolie paramoteurUkraine paramoteurpar le vent.

Dès que le soleil se cache, le froid arrive à une vitesse étonnante, nous mettons en quelques minutes tous les vêtements chauds dont nous disposons et nous gardons pour manger nos combinaisons de vol qui sont d’excellents coupe-vent.
En général, le repas est constitué de riz, agrémenté du contenu de boites de viande, ou de poisson, que nous achetons dans les boutiques que nous croisons.

Quelle que soit la viande du jour, nous mangeons toujours de bon appétit ces assiettes au contenu chaud et nourrissant.

Pour les légumes et les fruits, ils sont un luxe, dont il faut souvent que nous nous passions. Il n’y a plus de café depuis bien longtemps.

Déjà en Ukraine, nous ne trouvions plus que des sachets de poudre contenant à la fois un peu de café soluble, du lait en poudre et du sucre.
Nous sommes au pays du thé, il faut nous y adapter.”

 

(Les photos sont un mix de l’Ukraine et la Mongolie aimablement diffusées sur ULM Actualité par l’auteur – Photo de couverture : Plage du Larvotto de gauche à droite M. Joel BOUZOU, Frédérique JACQUES, SAS le Prince Albert II de Monaco, Gabriel GALTIER )

Remerciements : Je remercie particulièrement pour leur aide et leurs encouragements, SAS le Prince de Monaco, l’équipe de Back Bone Paramoteurs, Ozone Parapentes, Pierre FAUVE.

 

Gabriel GALTIER

D.M.

 

Share
Marqué comme: , ,

est Administrateur du site ULM Actualité Directeur de la publication
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire

Image CAPTCHA Ecouter le code ci-contre
Choisir une autre image CAPTCHA