Le webzine de l'UlmSite Responsive Design 10 ans déjà

ULM Actualité

Le webzine de l' ULtraléger Motorisé

Parachute de secours JUNKERS PROFLY Droit de réponse !

Par • 14 mar, 2011 • Catégorie: Sécurité • Commentaires: Aucun commentaire»

Parachute MagnumNous avons reçu le 11 mars 2011, un mail de la société JUNKERS PROFLY France au sujet de l’article “Parachute de secours” nous demandant un droit de réponse. Nous publions l’intégralité de leur courrier:

Il est étonnant que certaines personnes essayent toujours et encore de polémiquer à propos de l’utilité et de l’efficacité des parachutes de secours.

Comme tout système supplémentaire rajouté, un parachute de secours présentera toujours un risque, autrement dit un taux de dysfonctionnement, le risque zéro, par principe, n’existant pas, et ce quel que soit le domaine.

Ceci dit, les expériences passées et les analyses des divers disfonctionnements ont rapidement contribué à l’amélioration des produits, mais aussi et surtout, à éviter les erreurs d’installation qui sont trop souvent à l’origine du dysfonctionnement du système de sauvetage.

 

Il est trop facile de polémiquer et de jeter le discrédit sur un produit sans avoir pris la précaution minimale de contacter le fabricant du produit .

Dans votre article vous relatez l’accident d’un ULM CT-SW survenue en Italie pour lequel l’enquête semblait vouloir démontrer que le non fonctionnement du parachute aurait été dû à la désolidarisation de la roquette de son support. 

En réalité, c’est surtout le sérieux de l’enquête qui semble devoir être remis en cause, car le responsable technique de Junkers Profly, dépêché sur les lieux, a rapidement émis quelques doutes sur les conclusions hâtives de l’enquête quand il a constaté les conditions dans lesquelles celle-ci avait été menée. En effet, ce qui avait été présenté aux enquêteurs ce n’était pas les restes de la machine tels qu’ils avaient été découvert, mais un amas de matériels broyés, stockés dans un hangar, qui avaient été ramenés en vrac au moyen d’un tracteur équipé d’un chargeur frontal. Evidemment, il n’était plus possible de déterminer avec certitude la séquence du déploiement du système de secours, et a fortiori, ni quand, ni comment la roquette avait été arrachée de son support.

Ce qu’il est possible de dire, en revanche, c’est que de nombreux tests de mise à feu ont été réalisés, et qu’il n’a jamais été mis en évidence la moindre rupture, ni la moindre apparition de crique entre la roquette et sa platine support.

Un test grandeur nature a même été mené suite à cet accident, avec un système de sauvetage identique, installé sur un fuselage de CT, de façon strictement identique au montage d’origine du fabricant. Là aussi, la séquence de déploiement s’est déroulée parfaitement, et sans le moindre problème.

Bien entendu, vous vous gardez bien d’évoquer la récupération qui a eut lieu quelque mois auparavant en Italie, et qui s’était fort bien passé. Confronté la aussi à une panne moteur, et malgré sa faible altitude (30 mètres seulement), le pilote avait décidé de déclencher son parachute de récupération. Celui-ci, non seulement lui sauvait la vie, mais lui préservait en outre son appareil qui n’eut que très peu de dégâts. Particularité de ce sauvetage réussi : l’aéronef était du même modèle (un CT-SW) que celui dont le parachute avait été incriminé, de même que son système de sauvetage.

Vous affirmez : “Selon AVIAZIONE SPORTIVA, si cette situation avait été signalée, elle aurait permis d’en faire l’écho avant ces accidents…”

Suite à un incident survenu il y a 7 ans environ, et lors des reconditionnements, il avait été constaté que des criques apparaissaient au niveau des soudures sur certaines platines de fixation, notamment celles qui avait été pliées par les clients (sans doute pour faciliter leur montage), ou encore sur celles qui avaient été fixées à des endroits particulièrement sollicités par de fortes vibrations. Ce constat fait, il a été immédiatement décidé de renforcer cet assemblage par l’augmentation de l’épaisseur de la platine, et la taille des cordons de soudure. Du reste, à aucun moment, il n’a été constaté de rupture lors d’un déploiement. Or, le CT-SW Italien en question était bien équipé du model renforcé !  l’amalgame qui a été fait  entre l’incident de l’époque et cet accident en Italie n’est donc en rien fondé. Précisons quand même, qu’à l’heure actuelle, dans la mesure où les clients ont bien procédé aux reconditionnements obligatoires, qu’il n’y a plus aucun support de roquette avec l’ancienne platine en circulation, puisqu’ils ont tous été remplacés.

Il reste cependant que nos services de reconditionnement continuent à découvrir, malgré tous nos avertissements, et malgré l’augmentation de l’épaisseur des platines, que des clients persistent encore à tordre cette tôle…

 

Cela dit et suite à l’accident du CT-SW Italien, la société Junkers Profly avait publié un bulletin service qui demandait à tout ses clients de vérifier et d’inspecter la platine de fixation pour déceler d’éventuelles criques et, en cas du moindre doute, de retourner le matériel en ses ateliers à fin de vérification ou de remplacement. Dans le même temps, et pour palier à toute éventualité (notamment un risque de résonnance vibratoire dans lequel pouvait entrer la roquette) Junkers Profly a demandé de renforcer la fixation par rajout de 2 boulons de maintien supplémentaires. Ce bulletin service à été remis à tous les représentants de Junkers Profly de tous les pays pour être publié (version française jointe).

Il est toujours difficile de prévoir toutes les éventualités possibles, et aucun sauvetage au moyen d’un parachute de récupération ne pourra jamais être totalement garanti. Bien heureusement, de pareils sauvetages sont régulièrement réussis, ce qui démontre clairement la fiabilité de notre système de sauvetage. Jeter un discrédit sur ce type de produit est tout simplement criminel, surtout si vos informations ne sont pas vérifiées (nous n’avons d’ailleurs jamais été contacté à ce sujet !).

Bien entendu, chacun est libre de son opinion et libre de faire comme il l’entend pour lui même, dès lors qu’il ne met pas la vie d’autrui en danger. Faire du prosélytisme en la matière pose quelques problèmes d’éthique, du moins pour la justice d’un pays qui se veut sécuritaire.

 

Le parachute Junkers a sauvé des vies, et continue à en sauver. Il est actuellement un des parachutes les plus fiables et le plus monté sur Ulm. Il offre 2 avantages majeurs :

- sa légèreté (9,6 kg roquette comprise, pour la version Ulm la plus performante) et

- sa grande facilité de montage (pas de mise en place d’un système spécial d’évacuation des gaz, la roquette étant à flamme sèche).”

Jacques BRENCKLE (JUNKERS PROFLY FRANCE) Bulletin Service Junkers en Français Consignes Techniques 3

Share
Marqué comme: , ,

est Administrateur du site ULM Actualité Directeur de la publication
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire

Image CAPTCHA Ecouter le code ci-contre
Choisir une autre image CAPTCHA