Le webzine de l'UlmSite Responsive Design 10 ans déjà

ULM Actualité

Le webzine de l' ULtraléger Motorisé

Turbulences en montagne , vous avez dit turbulences ??

Par • 18 sept, 2014 • Catégorie: Vol montagne • Commentaires: 2 commentaires»

Alain BLIEZChacun d’entre nous a eu l’occasion de se faire plus ou moins « brasser » dans des turbulences plus ou moins fortes…et il faut bien avouer que parfois, cela n’est pas très agréable surtout pour votre passager !

Ceux qui pratiquent le vol en montagne connaissent bien ce phénomène et il faut bien réfléchir avant de se placer sous le vent , car les fortes turbulences que l’on peut y rencontrer,  peuvent donner quelques sueurs froides …

Un exemple qui s’est produit en Suisse en 2008 : un pilote de vol libre a trouvé la mort dans une zone sous le vent , avec seulement 15km/heure de vent arrière alors que les thermiques étaient très forts. Il avait effectué plusieurs tonneaux à 150 m sol. Si la cause effective de l’accident n’est pas connue, on peut imaginer certaines choses peut-être dûes aux turbulences.

Autre exemple : un de mes amis pilote professionnel et instructeur avion effectuait un vol à environ 6000 pieds (1800 mètres) dans le massif alpin du Trièves (sud de Grenoble) avec un paisible Cessna 152. Les conditions météorologiques étaient bonnes avec un léger vent du Sud-Ouest et seulement quelques turbulences pas trop méchantes. Soudain, le Cessna 152  est passé sur le dos genre tonneau improvisé car il a fait presque un tour complet …le pilote a été le premier surpris de se retrouver dans cette situation fort inconfortable ! Heureusement , l’avion avait de «l’eau sous la quille» et il a pu rétablir l’appareil dans une position de vol normale . De mémoire, il m’a dit qu’il volait à proximité (sans être collé à la paroi) d’un sommet de forme arrondie et que sur le moment, il n’avait pas trop compris cette situation !

Le premier mot qui vient à l’esprit en lisant ces deux exemples est : turbulences.

Les turbulences sont de deux origines distinctes : thermiques ou mécaniques. Les turbulences thermiques que nous appelons «pompes» sont bien souvent comparables à de «bons coups de pieds au c..» !

Les turbulences mécaniques sont issues de frottements au sol et de cisaillements lorsque des courants d’air de force et de direction différentes soufflent à proximité immédiate l’un de l’autre.

Par vent nul et lorsque le soleil brille, seules les turbulences  thermiques se forment. Attention , cela ne signifie pas systématiquement des courants ascendants modérés et paisibles ! Selon les couches d’air, les pompes peuvent  être fortes et relativement étroites en «surface». Certains thermiques sont extrêmement puissants , on dit que «ça pompe des briques !» et croyez moi , cela peut vous monter très vite et très fort !

Parfois les thermiques se découpent et deviennent des bulles thermiques. Si elles sont nombreuses, elles peuvent devenir vite inconfortables lorsqu’elles se heurtent à une inversion et qu’elles éclatent ! Près d’une inversion, la force et la direction du vent changent souvent de manière prononcée, provoquant des turbulences dans ces zones de cisaillements .

Vent en montagne arrondieOn dit du côté d’une montagne frappé par le vent qu’il est «au vent» , son côté opposé est «sous le vent». Au vent , on va trouver un vent ascendant dynamique et des conditions relativement paisibles. Sous le vent , c’est différent : on peut y trouver des turbulences très importantes ! En plus, si vous volez en montagne près du relief, la forme du sommet peut influer sur les turbulences rencontrées mais également la température !

Si le sommet est de forme arrondie (figure 1), le vent peut souffler par-dessus sans se détacher de celui-ci et le vent va alors dévaler constamment la pente derrière le sommet. C’est surtout le cas quand l’atmosphère est stable. Si le soleil réchauffe le coté sous le vent , des bulles thermiques peuvent «turbuler» le vent descendant habituellement calme. Lorsque les conditions sont instables, le vent va se détacher quelque part derrière le sommet… se forme alors une zone de tourbillons assez turbulente !

Si le sommet est plus escarpé (crêtes) le vent va se détacher  du sol (figure 2), puisque l’inertie ne lui permet plus de suivre le terrain. Lorsque les conditions sont stables, le vent redescend très vite. Seule une petite zone de tourbillons se forme mais très turbulente. Si en plus, le soleil réchauffe le côté sous le vent, des bulles thermiques peuvent se former pour devenir de véritables «catapultes» : un mélange extrêmement dangereux !

Vent en montagne escarpéeLorsque les conditions sont instables, la situation est alors différente car le vent ne redescend que lentement derrière le sommet. La zone de tourbillons devient plus «épaisse» et les turbulences emportées vers son centre s’apaisent presque totalement. Dans cette partie protégée et calme, on peut voler sans danger. En plus si le soleil brille sous le vent, vous trouverez de «bons» thermiques. Mais attention, si les conditions sont très instables, comme mentionné plus haut, ces thermiques peuvent être très forts…et bonjour la valse à 4 temps  !

En clair , si les conditions sont stables , une zone sous le vent est turbulente et dangereuse.

Il faut également se méfier du vent de vallée. Comme l’air environnant provient de masses d’air descendantes il est plutôt stable. Mais si des thermiques se forment sous le vent au-delà du sommet, le mélange du vent de vallée et de l’air descendant sous le vent est un bouillonnement turbulent et dangereux pour le vol.

Plus le coté au vent est escarpé , plus la zone «protégée» sous le vent est grande tandis que plus les sommets  sont plus  «arrondis» , plus il va manquer au vent la composante verticale nécessaire pour continuer à monter suffisamment haut.

Pour voler en montagne , il est préférable de voler tôt le matin , avant que tous ces phénomènes ne se mettent en place.

Bien évidemment toutes ces lignes ne sont que théoriques et rien ne remplace l’expérience du vol en conditions réelles mais j’ai souhaité attirer votre attention sur ces phénomènes de turbulences connues partout en plaine mais qui peuvent prendre une toute autre dimension dans un environnement montagneux. L’essentiel est de voler pour le plaisir, en toute sécurité. Dans le doute, abstiens-toi !

Bons vols à tous

Alain BLIEZ

Share
Marqué comme: , ,

est Rédacteur en chef du site ULM Actualité
Email à cet auteur | Tous les Articles par

2 commentaires »

  1. Bonjour Alain et Daniel

    merci pour le cour d’aero en montagne
    moi pour comprendre le vol en dynamique, donc prêt du relief je regarde simplement, un cour d’eau, la ont observe super bien quand ont est, ou pas sous le vent (les tourbillons) les enfermoirs ou entonnoirs qui vous placent en danger

    claude

  2. Voilà un pilote qui a entièrement raison en regardant l’écoulement de l’eau dans une rivière , quand le courant contourne un obstacle, derrière il y a des “tourbillons” ..c’est pareil en aérologie ! Descendez l’Ardèche en canoe-kayak , et dans les rapides vous aurez un bel exemple des tourbillons…Bons vols à toi Claude Bras Cassés

Laisser un Commentaire

Image CAPTCHA Ecouter le code ci-contre
Choisir une autre image CAPTCHA