Le webzine de l'UlmSite Responsive Design 10 ans déjà

ULM Actualité

Le webzine de l' ULtraléger Motorisé

Ulm haut de gamme ? Plaisir ou danger ?…

Par • 29 août, 2011 • Catégorie: Edito • Commentaires: 8 commentaires»

Sky RangerBonjour à tous,

Les vacances d’été tant attendues par tous touchent à sa fin… Là je plombe l’ambiance !  Que voulez-vous c’est comme ça ! S’il n’y avait pas le boulot (dans le sens péjoratif du terme et non dans le sens économique), probablement que l’Ulm n’aurait pas connu un tel essor.

Cette dernière décennie à vu une progression formidable du marché du loisir, peut être du à “nos 35 heures”, mais certainement du par une vision changée des choses; aujourd’hui on veut en profiter un max ! C’est la seule échappatoire restante à cette vie “lassante”, boulot, métro, dodo.

Le mouvement Ulmiste a permis une démocratisation de l’aviation qui n’était réservée qu’à certains. La remise en cause de cet élitisme a été le “grand frein” de l’époque, qui, au nom de la sacrosainte sécurité, empêchait ces “pionniers” de réaliser leur rêve.

Aujourd’hui l’Ulm fait partie intégrante du tissu aéronautique Français et mondial. Il n’y a pas ou peu de fabricants d’avions qui n’ai tenté ou pensé tenter une aventure dans l’Ulm. Les preuves sont là, le nombre croissant de marques de machines confirme mes dires !

BlackShape PrimeCertaines sont hors de prix, beaucoup sont à la portée de notre bourse et certaines vraiment abordables. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas voir dans ces machines très haut de gamme un “danger” quelconque pour le mouvement, bien au contraire… L’énorme croissance connue dans le secteur, est la preuve d’un marché en très bonne santé et d’une stabilité en matière réglementaire. Le LSA n’attire plus les constructeurs Européens, ils ne peuvent “jouer leur réussite” sur des hypothétiques règlements qui n’arrivent plus ! Ils misent plutôt sur des choses sures, cristallisant ainsi l’ ULM !

La sécurité sera surement l’enjeu de cette prochaine décennie. Si l’on rapproche le nombre d’accidents des débuts du mouvement où ils n’étaient que quelques centaines à pratiquer ce loisir et celui d’aujourd’hui, où le nombre de pratiquants a plus que décuplé depuis (15000), l’on constate que les deux courbes se croisent dans le bon sens. Sachant que 98 % des accidents (toute aviation confondue) sont le résultat du comportement humain, il y a matière à travailler là dessus. Ce que fait la FFPLUM depuis de nombreuses années, c’est cela qui a inversé la tendance mais il ne faut pas baisser les bras…

QuickSilverCertains voient en ces machines utilisant les derniers concepts aéronautiques, comme un “affront” fait au mouvement: “Voler libres, pas cher, ouvert à tous“. Il est vrai que de cette philosophie il ne reste plus que “Voler libres”, mais il est loin le temps où les pilotes sans le savoir devenaient les pilotes d’essais d’une marque ! Que certaines sociétés sous le couvert de “la responsabilité individuelle”, mettaient en circulation des machines trop tôt où toutes les limites de vol n’avaient pas été contrôlées… Aujourd’hui entre le premier coup de crayon et le prototype il peut passer plusieurs années, ensuite encore plusieurs années d’essais avant la mise en circulation. Cela a forcement un prix !

Dans l’Ulm, il y en a pour tous les goûts, le pas cher qui a fait ses preuves, le très cher qui a subi tous les tests afin de garantir un niveau de sécurité plus qu’optimal. Devons-nous pour cela les mettre en conflit l’un contre l’autre ?

Lorsque de très grosses sociétés aéronautiques s’intéressent à l’Ulm, c’est une garantie de stabilité réglementaire. Seul le nombre d’accidents viendra peser sur une instabilité des règles… Là c’est à nous de jouer !

Prudence et bons vols à tous !

Daniel

Share
Marqué comme: , ,

est Administrateur du site ULM Actualité Directeur de la publication
Email à cet auteur | Tous les Articles par

8 commentaires »

  1. Bonjour,
    Le mariage entre encien et nouveau doit rester unit c’est ainsi que les choses avancent. Personellement je ne suis pas en mesure d’acheter un haut de gamme peut être un jour, ma tirelire m’autorise un simple tube et toile produit il ya 20 ans, bref je préfaire parler comment mieux assurer les 80% des pilotes qui volent largement hors poids règlementaire sur ce genre de machines et surtout a deux et en configuration voyage.
    Ma question est la suivante : quand il y a accident dans la configuration que j’ai cité ci-dessus, est ce que les assureurs indemiseront nos pilotes ULM ou leur famille?? je précise ULM = 450kg ou 472,5 Kg avec système se secours.
    A ce jour j’observe énormement d’effort de la part de la FFPLUM pour défendre notre spécifité francaise et je m’en réjouie, mais un tabou reste présent sur les indeminités possibles ?? après sinistre ou drame sur une machine volant hors clous. J’aespère que la réponse ne sera pas : Et bien tu n’a qu’a volé seul ou avec to chat en place passager avec 10 litres d’essence.
    Amicalement

  2. Et bien mon cher JJJ,

    Ta question est très pertinente et comme tu sais elle a fait couler beaucoup d’encre…
    Si un accident devait arriver avec un Ulm Haut de gamme ou autre d’ailleurs, l’assurance peut peser une machine similaire en configuration identique. Si elle devait être hors clous, cette même assurance n’est plus tenue de rembourser le sinistre.
    Dans ce cas, la bataille sera rude avec son assureur, parce que même si l’accident n’a aucun rapport avec le surpoids, le contrat stipule “machine garantie de type ULM” ! Le surpoids fait “sortir” immancablement cette machine de la catégorie Ulm, donc elle n’est plus assurée !

    L’assurance “peut” et non “doit”. C’est à dire qu’elle n’est pas tenue de peser la machine et peut s’exécuter à la prise en charge sans chercher plus loin… Seulement, lorsque les sommes en jeu sont importantes, je vous laisse deviner ce que l’assureur va choisir…

    Que dire des Ulm haut de gamme… Ma seule “consolation” est de voir de grandes marques s’intéresser au mouvement ce qui inéluctablement permet enfin d’être reconnus par toute l’aviation internationale ! Ce qui n’était pas du tout le cas ne serait-ce qu’une quinzaine d’années. Je me souviens dans les débuts de ma formation, lorsque nous nous étions posés sur un aérodrome dont je tairais le nom, avoir été pris à partie par quelques pilotes d’avions présents: “Toi et ton tracassin, allez faire joujou ailleurs ! De toutes façons vous n’en avez pas pour longtemps !

    Aujourd’hui, ces mêmes pilotes rejoignent le mouvement en masse ! Ca c’est une satisfaction personnelle !

    Les pilotes acquéreurs de ces machines connaissent le poids à vide de celles-ci, même si les fabricants ont la fâcheuse tendance à le minimiser, c’est à eux à ne pas être dupe… Je l’ai déjà répété à plusieurs reprises, l’Ulm se pratique par sauts de puces, parce qu’un tube et toile chargé pour un “long cours” est aussi en limite de masse ! Donc si ces machines “très limite” se vendent, soit leurs propriétaires ont accepté de se conduire en pilotes responsables, soit ont accepté d’en prendre le risque et toutes leurs conséquences, dus-ai-je en froisser certains. Je serais très curieux de peser certains “tube et toile” que je vois parfois se poser chez nous !

    Je vais volontairement faire la comparaison avec l’automobile. Depuis quand, une auto de haut de gamme (FERRARI, PORCHE et consorts) viendrait jouer les trouble fêtes dans l’automobile ? L’acquéreur d’une telle machine a les mêmes contraintes, le respect de la limitation de vitesse à 130 Km/h sur les autoroutes et 90 Km/h sur les nationales ! Et pourtant, l’envie de rouler à 300 Km/h est omniprésente avec ces autos ! Le propriétaire a les mêmes choix: Se conduire en automobiliste responsable ou non ! Doit-on remettre en cause toute l’automobile lorsqu’une voiture d’exception enfreint le code de la route ?
    J’émettrais tout de même un bémol pour l’Ulm, le combat pour le maintenir est constant en rapport à l’automobile. Ce qui nous oblige à compter sur la bienveillance de ses pilotes…

    S’il devait y avoir qu’une seule marque d’Ulm, il y a fort à parier que nous ne serions pas plus de 45 000 pilotes en Europe aujourd’hui !

    La diversité dans les modèles et leurs prix, contente tout le monde, ceux qui ont les moyens et ceux qui n’en ont pas ou peu… Je fais aussi partie de la deuxième tranche, mais j’ai le plaisir souvent de poser mon derrière dans ces machines… Parce qu’elles existent !

    Bons vols Daniel

  3. Merci Daniel et à bientôt pour d’autres sujets.
    Amicalement

  4. je m’étonne que ne soit pas mentionnées les différences de vitesses et l’énergie qui en résulte
    les nouveaux et performants ULM ont des vitesses élevées
    si on applique l’équation e=mxcxc, plus la vitesse sera élevée, plus l’énergie croîtra avec le carré de la vitesse
    autrement dit un biplace qui atterrit à 130 et a un problème à ce moment là, aura bcp plus de chance d’avoir un grave accident qu’un autre qui atterrit à 90 km/h et encore moins celui qui atterrit à 60 km/h comme je le fais avec mon pou du ciel
    on ne le dit pas assez et je trouve bien dommage que ce ne soit pas rappelé
    sécurité avant tout!

  5. Tu as raison Dauphipou !

    Malgré que ta machine pose très court, la règle Ec=1/2MV2 (Energie Cinétique = 1 demi de la Masse par la vitesse au carré) n’est pas la formule de l’énergie du célèbre Einstein E = MC2 auquel tu fais allusion, car ici le “C” représente la vitesse de la lumière (299 792 458 m / s) en mètres par secondes c’est très très loin de nos machines… Tu as juste fais une “petite erreur” de formule, par contre tu as un peu raison dans l’esprit que tu voulais nous faire passer.

    Pourquoi je dis “un peu raison” ?

    Parce que le législateur (en l’occurrence celui ou ceux qui ont dictés nos règles ulmistes), a employé la formule de l’Energie Cinétique (Hé oui, il y en a plusieurs: Energie, Energie Cinétique, Energie Potentielle etc. L’Energie Cinétique est l’énergie qui s’emmagasine dans une masse lorsqu’elle prend de la vitesse) avec comme référence de vitesse, celle qui nous est imposée au décrochage c’est à dire 65 km/h. Hors je ne connais personne (à part les trapanelles monoplace je n’emploi pas ce terme au sens péjoratif bien entendu, mais il est très parlant pour parler d’une machine extrêmement légère) qui se pose à cette vitesse, ce serait un fou furieux !
    Tout le monde j’espère, a appris que la vitesse minimum d’approche (en courte) est égale à 1,3 de VSO ce qui fait 65 * 1,3 = 84,5 km/h Les 1,3 nous obligent à une marge de 30 %. ATTENTION ! La vitesse de 84,5 km/h est le résultat d’un calcul pour un décrochage réel à 65 km/h ! Hors, si la machine est chargée, ou la journée caniculaire, ou la pression atmosphérique très basse (Altisurface) il faut ajouter de la marge d’où les 100 km/h en courte quasi employés par tous !

    Là où tu as grandement raison, est que ta machine te permet des vitesses bien moindres en courte. Mais là, c’est une exception ! Moins on va vite, moins on se fait mal, c’est une Lapalissade je dirais. Un bémol tout de même et de taille:
    De chercher constamment une vitesse lente en approche, proche du décrochage (second régime), sous prétexte d’éviter d’emmagasiner de l’énergie et poser court, vous fait prendre beaucoup plus de risques qu’il en élimine ! Ce sont par ailleurs les plus grandes causes d’accidents en Ulm ! Le fameux accident du dernier virage, est le résultat immanquablement d’une vitesse trop basse ET RIEN D’AUTRE !!! Le “type” arrive avec ses 1,3 de marge et oublie qu’en virage la charge augmente, son regard est fixé sur le seuil, ne voit plus le badin, si en plus le vent le déporte, il serre de plus en plus son virage pour rattraper l’axe et…. PATATRAC !!! C’est aussi valable pour le tour au dessus de sa maison ! Exactement les mêmes conditions !

    Les vitesses très élevées des machines de haut de gamme, ce sont des vitesses en palier et non des vitesses en finale. Cela ne sert à rien (sauf aux futurs acquéreurs) de donner des vitesses d’approche, car pour les Ulms elles sont quasiment toutes identiques (à quelque chose près)… Si non ce ne sont pas des Ulms !

    En tous cas, merci pour ton commentaire, cela a permis de rappeler l’importance de la vitesse en finale.

    Bons vols et à très bientôt Dauphipou

    Daniel

  6. merci pour ces précisions …

    mais je ne crois pas avoir fait une erreur de formule car l’équation, à la constante près (1/2), s’applique à tous les corps en action, qu’ils soient avion, moto, voiture ou balle de fusil et lorsqu’on fait un stage de conduite pour la sécurité, les moniteurs le rappellent bien que plus on va vite, plus l’énergie s’emmagasine (au carré de V)

    par contre, c’est sûr que la vitesse en approche est essentielle, il faut faire très attention de ne pas flirter avec le second régime

    avec mon Pou je décroche à 45, l’approche se fait à 65-70, la vitesse de croisière étant de 100
    c’est vrai qu’il est monoplace, donc + faible poids
    avec de telles données, je risque beaucoup moins qu’avec un ULM haut de gamme (poids moindre et vitesse moindre – au carré)

    cordialement

  7. Bonsoir Dauphipou,

    Oui, avec ta machine tu risques beaucoup moins qu’avec un haut de gamme, cela va de soit, et avec un haut de gamme on risque moins qu’en avion… Dès que la vitesse est plus importante, l’énergie cinétique aussi. Doit-on pour cela interdire les haut de gamme alors qu’ils respectent la VSO ? (En tous cas, ceux qui la respecte, je ne parle pas des machines hors clous). C’est dans ce sens que j’intervenais, parce que haut de gamme ou pas, ces machines respectent la sécurité, au point de vue règlementaire bien entendu. Il est inutile pour un média de rappeler ce que j’appelais une “lapalissade”, parce qu’un paramoteur allant encore moins vite que toi, aura forcément moins d’énergie cinétique au posé… Je répondais tout simplement au fait de dire: “Il est dommage que cela ne soit pas assez rappelé…” Parce cela va de soit.

    Pour la formule, E=MC2 ce que tu as écris sous la forme E=MxCxC (c’est la même chose) est aussi une formule d’emmagasinage d’énergie mais ce n’est pas calculable pour notre cas et est utilisée pour calculer l’énergie d’une bombe atomique par exemple ou d’une réaction chimique dégageant de l’énergie. Je parlais de petite erreur parce que l’esprit y étais. Bien sur qu’il s’agit du carré de la vitesse, mais pas la même que nous puisque cette formule n’utilise que la vitesse de la lumière “C” dans le vide. La vrai formule de l’énergie cinétique, en tous cas celle des vitesses connues sur terre étant Ec=1/2MV2. V étant une vitesse en mètres / secondes, c’est la formule newtonienne de Newton. Avec la formule d’Einstein (formule relativiste) tu aurais pour la vitesse un chiffre de 0,0000000000000000000000000000000000000000000 (un bon millier de zéros) pour pouvoir l’appliquer à nos vitesses, alors qua sa formule s’applique aux particules au repos dont leur vitesse est nulle en rapport avec un référentiel. Dans notre cas, la vitesse que nous connaissons est exprimée par rapport à un point fixe (Radar, personne qui regarde etc.) et s’exprime par la lettre “V”.

    Dans l’ordre de grandeur que nous connaissons, il est bien plus simple d’écrire: 450 / 2 = 225 (1/2 de la masse) X 18,05 m/s (65 km/h convertis en mètres / secondes) au carré soit 325,80 = 73 305, 56 Joules (l’énergie étant exprimée en Joules).
    La formule Ec=1/2MV2 est dans l’ordre de grandeur normale des choses et facile à appliquer en toutes circonstances… La formule E=MC2 s’applique aux particules, électrons, neutrons etc. et non aux avions, moto, voitures ou balles de fusils.

    L’esprit étant exactement le même !, mais pas le résultat, d’où la petite erreur. C’est pour ça qu’on l’appelle Energie Cinétique et non Energie tout court !

    Fichtre on s’éloigne presque du sujet, mais ho combien intéressant !

    En tous cas encore merci à toi Dauphipou et bons vols.

Laisser un Commentaire

Image CAPTCHA Ecouter le code ci-contre
Choisir une autre image CAPTCHA