Le webzine de l'UlmSite Responsive Design 10 ans déjà

ULM Actualité

Le webzine de l' ULtraléger Motorisé

La crise ? Oui mais laquelle ?

Par • 19 déc, 2014 • Catégorie: Edito • Commentaires: 4 commentaires»

Alain BLIEZ

L’année 2014 se termine et bon nombre d’entre nous va en profiter pour faire le bilan de l’année écoulée et envisager de bonnes résolutions pour le millésime 2015 !

Personnellement je reviendrai sur la crise…mais surtout celle des places d’abri ! En effet, comme dans la navigation de plaisance, notre aviation ultra-légère est en train de vivre la même situation : aucune place disponible pour mettre de nouveaux ULMs ! Comme pour trouver un anneau libre dans un port pour un bateau !

La crise oui…du logement !

Je connais pas mal d’amis qui cherchent des places de hangar ou même des petits aérodromes sur lesquels ils pourraient construire un petit hangar pour abriter quelques machines, mais hélas bien souvent la réponse est la même et se résume en 3 lettres : NON.Et les motifs de refus sont bien souvent identiques : « Il n’y a pas de place mais on peut vous mettre sur une liste d’attente » «  le Maire ne veut pas de nouveau hangar sur le terrain à cause des riverains » « C’est guère possible ici car l’aéro-club a peur de perdre des pilotes qui risquent de partir faire de l’ULM et délaisser encore un peu plus les avions » … C’est la crise  !

Bon nombre de constructeurs ou d’importateurs voudraient bien vendre plus d’appareils , ils ont des clients potentiels mais hélas, ces clients potentiels ne savent pas où  abriter l’ULM de leurs rêves.

Le marché n’est pas porté par un enthousiasme délirant mais si déjà ceux qui ont le budget pour acquérir un appareil , avaient une place de hangar ou la possibilité de faire un petit hangar, cela dynamiserait l’économie de notre aviation ultra-légère. Ceci renforcerait la vie sur les aérodromes ( parfois bien tristes par une activité moribonde ) et tout le monde serait content car le monde attire le monde, c’est bien connu !

Si les gestionnaires de ces aérodromes appliquent la maxime  «  vivons heureux vivons cachés » , je ne donne pas cher de leur avenir !

Arrêtons de faire les autruches, la tête dans le sable pour ne pas voir la réalité : le développement de l’aviation de plaisance ne peut que se faire qu’avec le développement de l’ULM. Certains me disent « la solution est d’acheter ou de louer un bout de terrain, de faire un petit hangar et hop, une base privée ! » .Oui d’accord mais pas évident à concrétiser pour de multiples raisons, alors que bon nombre de petits aérodromes sont loin d’être saturés par la vie monacale de l’aéro-club local. Même si en façade les pilotes avions semblent ouverts à l’aviation ultra-légère ,un grand nombre de pilotes avions sont encore loin d’avoir «  digérés » les prérogatives des ULM , sauf quand ils perdent leur licence de Pilote Privé pour des raisons médicales ! Ce jour là, ils deviennent ardents défenseurs de l’ULM « Bizarre , Bizarre…vous avez dit Bizarre , comme c’est bizarre ».

A l’aube de l’année 2015 , c’est le moment de parler de ce problème récurrent.

Le développement de l’ULM doit aussi passer par une ouverture sur les terrains ! Une ouverture d’esprit de certains dirigeants d’aéro-clubs qui règnent en mandarin sur « leur » aérodrome et qui ne veulent pas voir arriver d’ULM dans leur pré carré pensant qu’ils perdront des adhérents qui n’iront plus voler sur leurs appareils à la technologie dépassée  alors que c’est le contraire car l’ULM est générateur de nouveaux pratiquants ! Bien sûr, certains aéro-clubs ont tout compris en proposant une section ULM au sein de leurs activités et ceux là n’ont pas perdus de « clients » des DR-400.

Regardez les statistiques de ces dernières années : l’aviation générale perd du terrain chaque année…pourquoi  donc ?

Allez, je vous laisse réfléchir à mon pavé que je viens de lancer dans la marre et je vous souhaite une excellente année 2015 ! Bons vols en toute sécurité à toutes à et tous.

Alain

Share
Marqué comme: , ,

est Rédacteur en chef du site ULM Actualité
Email à cet auteur | Tous les Articles par

4 commentaires »

  1. Bonjour,
    La pertinence de l’analyse devrait être confrontée à celle qui révélerait le nombre “exact” d’appareils bien abrités qui volent réellement. Il suffit de visiter par beau temps – et quelque soit le lieu en France – les plates-formes pour “ULM” (ultra-lourds motorisés…) ou les aérodromes qui en accueillent pour tout simplement constater que nombre d’ailes, souvent neuves ou presque, sont pleines de poussière et de fientes d’oiseaux… Dans le petit monde de l’ULM désormais macqué par les “jeunes” chanceux économiques ressortissants de 65 ans et plus de l’aviation légère moribonde, toujours aussi “m’as- tu vu” et réactionnaires raybanisés, il n’y a plus de salut possible. L’issue est ailleurs…
    Bien cordialement,
    CM

  2. Cher Duplombdanslaile, je ne sais quelle base ULM ou aérodrome tu fréquentes, mais je peux t’affirmer que là où je vole les moyennes d’heures de vol annuelles des pilotes propriétaires d’ulm sont toutes supérieure à 50. La poussière ni les fientes n’ont le temps de se déposer sur les machines parfaitement entretenues sur cet aérodrôme qui compte Un aéroclub qui se réjoui d’avoir créer une section ULM( qui a sauvé sa comptabilité!), et trois écoles d’ulm une trois axes, une giro et trois axes, une pendulaire et trois axes. Et tout ce passe bien, si ce n’est effectivement le manque de place pour les nouveaux postulants…

  3. Bonjour Papa Romeo,

    En fait suite à l’annonce de la FFPLUM de l’inscription de son 15000 (félicitations au passage), il faudrait en réalité une moyenne mobile des nouveaux arrivants et des sortants (ceux qui ne volent plus pour causes diverses et variées; vente de machine, âge etc) d’une année sur l’autre pour avoir la réalité physique du chiffre des adhérents à l’instant T..
    Pour les heures, là aussi seule la FFPLUM pourrait nous donner un chiffre annuel moyen exact au vu des ré assurances annuelles sur lesquelles sont portées par chacun les heures pratiquées sur l’année précédente et à condition qu’elles soient inscrites honnêtement. Mais de mon côté j’entends quand même dire qu’il y aurait une baisse d’activité liée aux difficultés économiques hors pseudo-crise (stagnation des retraites qui ne suivent pas le cout de la vie depuis 1993, l’ augmentation des prix qui eux suivent allègrement les besoins privés et ceux de l’Etat , le prix de l’essence et de la maintenance machine en ateliers etc. Quand à la crise elle a bon dos quand on voit les dépenses des français au ski, à la mer, sur les autoroutes, dans les magasins, les restaurants etc signes d’excellente santé. Pour les hangars en France, c’est effectivement un réel besoin; obligés de se tasser dans les hangars…Mais en 2015 tout va s’arranger m’a dit Mme Irma…
    Nynjazen

  4. Bonsoir Nynjazen,

    Mon ami Alain avait réalisé un article sur le sujet que tu peux retrouver ici.

    Tu peux voir qu’à fin 2010 il y a eu 62 471 Brevets Ulms délivrés…

    Pour les heures, ça ne peut être qu’une estimation puisque nous n’avons pas l’obligation de les transcrire sur notre Carnet de Vol. En effet comme tu dis, il faut compter sur l’honnêteté des pilotes puisque ces dernières années la FFPLUM nous demande de remplir la case “Nombre d’heures de vol” lors du renouvellement de notre Licence. Ce n’est que pour statistiques.

    Bonne année et bons vols

    Daniel

Laisser un Commentaire

Image CAPTCHA Ecouter le code ci-contre
Choisir une autre image CAPTCHA